Comment YouTube fait faire du lobbying maison contre le droit d’auteur

save your internet

La campagne #SaveYourInternet mobilise les « youtubers » contre la directive européenne. Mais en défendant l’Internet libre, les militants protègent surtout la rentabilité de la plateforme.

« Imaginez Internet si vos vidéos ne pouvaient plus être vues ? Imaginez Internet sans vos créateurs favoris ? Imaginez Internet sans la découverte de nouveaux artistes ? Tout cela pourrait devenir réalité en Europe.» Le message alarmiste que le géant YouTube a envoyé à ses utilisateurs ressemble à s’y méprendre à une campagne pour la défense de l’Internet libre.

Le texte dénonce les effets pervers de la directive européenne sur le droit d’auteur, accusée de menacer la libre expression chère aux millions de d’Internautes à travers le monde. Ses retombées sont impressionnantes.

« Depuis plusieurs semaines, des centaines de vidéos de Youtubers dénonçant l’article 13 de la directive ‘Copyright’ sont publiées sur la plateforme », explique l’eurodéputée Virginie Rozière (S&D). À tel point que certains élus européens se sont fait rappeler à l’ordre par leurs enfants, inquiets de l’avenir de leur chaîne YouTube préférée.

Mon père veut tuer YouTube

Les Youtoubers sont devenus les meilleurs lobbyistes de la campagne contre la directive « droit d’auteur ». Adopté par le Parlement européen, le texte prévoit une adaptation du droit d’auteur à l’ère d’Internet. Et une meilleure rétribution des ayants droit.

Si plusieurs dispositions ont été âprement discutées, la campagne de YouTube vise précisément l’article 13, qui prévoit que les plateformes – dont YouTube – soient tenues responsables de la stricte application du droit d’auteur, et de la juste rémunération des auteurs.

Une disposition qui va obliger YouTube à passer au peigne fin les contenus mis en ligne pour détecter la diffusion des œuvres protégées par le droit d’auteur et verser aux ayants droit leur juste part de la valeur générée.

Les Européens veulent mieux protéger les auteurs face aux Gafam

À quelques jours du second vote du Parlement européen sur la réforme du droit d’auteur, les différents lobbys sortent l’artillerie lourde. Selon un sondage Harris Interactive, une écrasante majorité de citoyens européens souhaite mieux protéger les auteurs.

Jusqu’ici, YouTube n’était pas tenu de surveiller en amont les contenus protégés par le droit d’auteur. Seuls les contenus signalés devaient être supprimés.

Pour appliquer les règles européennes, YouTube va devoir utiliser un système de filtrage automatique des violations de droits d’auteur plus efficace que le système actuel (Content ID). Le site devra aussi rémunérer les auteurs.

Une campagne bien huilée

Ce sont pourtant eux qui s’insurgent contre la directive. « On va m’obliger à fermer ma chaîne. C’est la même chose pour des dizaines de millions de créateurs de contenus sur Internet. Pourquoi ? Tout simplement à cause de l’article 13 », explique le youtubeur Julien Chièze dans une vidéo qui totalise plus de 225 000 vues.

Dans cette autre vidéo, un jeune homme appelle tous les Youtubers à se renseigner sur la fermeture annoncée de leur chaîne. Sous le #SaveYourInternet, ce sont des centaines de vidéos qui dénoncent l’article 13, dont certaines on même dépassé les frontière européennes. On retrouve ainsi certaines vidéos en hindi, ou encore en turc.

Pour rejoindre la lutte contre l’article 13, les Youtubeurs ont à leur disposition un kit de communication sur les réseaux sociaux, mais aussi des visuels préconçus avec les messages clés de la campagne de YouTube, en téléchargement gratuit et dans 6 langues (anglais, français, allemand, italien, espagnol et polonais)

Du côté des eurodéputés français, cette campagne de lobbying déguisée agace au plus haut point. « Google sous-traite ouvertement son lobbying contre la directive Copyright en manipulant les youtubeurs », s’agace le député européen LR Marc Joulaud sur Twitter.

« Les puissants moyens utilisés par ces entreprises pour défendre leurs seuls intérêts sont basés sur la manipulation des utilisateurs, des vidéastes influents et des jeunes. C’est inacceptable. Google et YouTube franchissent de nouveau une ligne rouge en abusant de leur position dominante », regrette la Scam, Société civile des auteurs multimédia, dans un communiqué.

En attendant, les réunions de trilogues entre les trois institutions (Parlement européen, Conseil et Commission) se poursuivent. « Nous espérons pouvoir conclure les négociations avant la fin de l’année », explique Virginie Rozière.

Après la finalisation de ces négociations tripartites, ce sera au tour des États membres de s’atteler à la transposition de la directive droit d’auteur, pour laquelle une marge de manœuvre est possible.

Les GAFA en embuscade face à la réforme du droit d'auteur

Rémunération des artistes ou libre-circulation des œuvres : deux camps s’affrontent dans la bataille de la réforme du droit d’auteur. Le soutien des géants du numérique au second camp n’est pas toujours transparent.

Subscribe to our newsletters

Subscribe