Commerce et tech : Américains et Européens veulent plus de coopération

A Pittsburgh, Antony Blinken, le secrétaire d'Etat américain, Gina Raimondo, la secrétaire au Commerce, et Katherine Tai, la représentante au Commerce, seront aux côtés de Valdis Dombrovskis et Margrethe Vestager (ci-dessus), tous deux vice-présidents de la Commission européenne, et qui négocient au nom des Vingt-Sept. [STEPHANIE LECOCQ/EPA]

De hauts responsables des Etats-Unis et de l’Union européenne sont réunis à Pittsburgh mercredi et jeudi (28 et 29 septembre), avec la volonté de resserrer leurs liens commerciaux mis à mal par l’administration Trump et de coopérer dans le secteur des technologies, à l’heure de la pénurie mondiale des semi-conducteurs.

Le choix de cette ville américaine de Pennsylvanie, capitale sidérurgique reconvertie dans la tech, pour accueillir la première réunion du conseil UE-Etats-Unis sur le Commerce et la Technologie (TTC) est en soi tout un symbole puisque Européens et Américains sont en discussions pour régler leur différend sur l’acier et l’aluminium, qui polluent leurs relations commerciales depuis plus de trois ans.

Washington et Bruxelles ont pris le soin de faire savoir que la résolution de ce conflit, provoqué par l’imposition, en juin 2018, de droits de douane punitifs de 25% sur l’acier européen et de 10% sur l’aluminium européen au nom de la sécurité nationale des Etats-Unis, ne faisait pas partie des discussions à Pittsburgh.

Mais ce dossier est présent dans tous les esprits.

Intelligence artificielle 

Sa résolution, en marge de cette réunion, serait le signal que la relation transatlantique repart sur de bonnes bases après les nombreux coups de canif américains au contrat de confiance.

En effet, si en juin la Maison Blanche avait signalé sa volonté de retrouver des relations apaisées avec Bruxelles en enterrant la hache de guerre sur le vieux conflit opposant Boeing à Airbus, Joe Biden a suscité récemment le courroux en retirant de Kaboul des troupes américaines sans préavis, fin août.

Puis, l’annonce de la mise en oeuvre d’un pacte de sécurité entre les Etats-Unis, l’Australie et la Grande-Bretagne sans aucune consultation des Européens a achevé de mettre en doute sa volonté de coopération.

A Pittsburgh, Antony Blinken, le secrétaire d’Etat américain, Gina Raimondo, la secrétaire au Commerce, et Katherine Tai, la représentante au Commerce, seront aux côtés de Valdis Dombrovskis et Margrethe Vestager, tous deux vice-présidents de la Commission européenne, et qui négocient au nom des Vingt-Sept.

Avant son départ pour la Pennsylvanie, Valdis Dombrovskis a expliqué depuis Washington que le TTC allait s’organiser autour de dix groupes de travail qui passeront au crible des sujets aussi divers que sensibles citant la régulation des plates-formes numériques, l’encadrement de l’intelligence artificielle pour respecter la vie privée, le contrôle des investissements étrangers, les exportations stratégiques, et surtout la pénurie de semi-conducteurs.

La demande pour les appareils électroniques de toutes sortes a explosé depuis le début de la pandémie, entre l’essor du télétravail et des loisirs à la maison.

Les fabricants de semi-conducteurs, qui ont parfois aussi dû temporairement fermer leurs usines en raison du Covid, peinent à répondre à la demande mondiale.

Les Américains aimeraient décrocher un accord avec les Européens sur les semi-conducteurs.

M. Dombrovskis a évoqué « une communication » sur ce sujet à l’issue de la réunion.

« Il y a 20 ans, nous fabriquions près de 40% de toutes les puces. Aujourd’hui, notre part de la production mondiale est de seulement 12% et nous fabriquons 0% des puces technologiquement avancées », a déploré mardi Gina Raimondo devant le Club économique de Washington.

Elle a exhorté le Congrès à investir massivement pour augmenter drastiquement la production américaine de semi-conducteurs.

Quelle alternative à la confrontation avec Pékin ? 

Les Européens veulent également produire davantage afin de réduire leur dépendance vis-à-vis de l’Asie. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen en a même fait une « question de souveraineté ».

Outre les semi-conducteurs, seront évoquées les pratiques commerciales inéquitables comme les subventions ou le transfert de technologies forcé, avec en toile de fond la politique commerciale à mener vis-à-vis de la Chine.

Pour l’heure, l’administration Biden s’inscrit dans le sillage de son prédécesseur Donald Trump en prônant la fermeté envers Pékin. Son administration a ainsi maintenu en place les droits de douane punitifs sur les marchandises chinoises.

Sur ce point, Valdis Dombrovskis a semblé prendre de la distance mardi en soulignant que le TTC n’avait pas vocation à cibler un pays en particulier.

La semaine dernière, Thierry Breton, le commissaire européen au Marché intérieur, avait lui pris l’exemple de la technologie de l’internet ultra rapide 5G, pour montrer que les Européens avaient choisi de s’engager dans une voie alternative à la confrontation brutale avec Pékin.

Il avait alors expliqué que les Européens avaient choisi la réglementation plutôt que l’interdiction des groupes chinois.

Transferts des données : « les acteurs économiques ont besoin de stabilité », selon des experts

Certains experts appellent à plus de « stabilité » pour que l’économie européenne tire son épingle du jeu et développe une véritable souveraineté numérique.

Subscribe to our newsletters

Subscribe