La Commission européenne empruntera sur les marchés dès juin pour financer le plan de relance

Johannes Hahn, commissaire européen au budget.

La Commission européenne a confirmé lundi (31 mai) qu’elle commencerait à emprunter les 800 milliards d’euros nécessaires au financement du plan de relance pour l’Europe d’ici à juin. Cette annonce fait suite à l’approbation par les États membres du processus d’émission de dette commune à une échelle inédite.

Comme prévu, les 27 Parlements nationaux ont ratifié la décision relative au système des ressources propres, qui définit le mode de financement du budget de l’UE et permet à la Commission européenne d’émettre une dette commune afin de financer le plan de relance pour l’Europe.

Gert Jan Koopman, responsable de la direction générale du budget (DG BUDGET) à la Commission européenne, a déclaré que tous les États membres avaient finalisé le processus de ratification et que l’exécutif se tournerait donc vers les marchés financiers en juin.

Selon les estimations, le Berlaymont devrait emprunter entre 30 et 40 milliards d’euros d’ici à la pause estivale, et ce pour atteindre environ 150 milliards d’euros par année d’ici à 2026.

Les premiers transferts de fonds au titre de la Facilité pour la reprise et la résilience (FRR), soit le versement d’un préfinancement de 13 % (104 milliards d’euros) dans les coffres des États membres concernés, devraient s’effectuer d’ici à la fin juillet, dès que la Commission aura approuvé l’ensemble des plans nationaux soumis par les gouvernements.

À ce jour, 21 État membres ont fait part de leur plan de relance : Belgique, Danemark, Allemagne, Grèce, Irlande, Espagne, France, Croatie, Italie, Chypre, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Hongrie, Autriche, Pologne, Portugal, Slovénie, Slovaquie, Finlande et Suède.

La Commission devrait donner son feu vert pour les premiers plans d’ici à la fin du mois de juin. Ensuite, le Conseil aura un mois supplémentaire pour donner son approbation sur la base du verdict de l’exécutif.

Les États membres ont tenté de raccourcir la procédure d’évaluation bimestrielle de la Commission européenne, sachant que celle-ci s’entretient avec certaines nations depuis octobre au sujet desdits plans.

Néanmoins, Bruxelles a soutenu qu’elle ferait usage du temps accordé en vertu du cadre juridique de la FRR, compte tenu de la quantité des renseignements fournis par les trésors publics nationaux et de la nécessité de traduire chaque plan de relance en instrument juridique.

Attention au chevauchement entre le plan de relance et les fonds structurels

Outre les dépenses habituelles pour les régions à l’échelle européenne, l’introduction du plan de relance pour l’Europe pourrait poser des difficultés, ont admis les politiques du bloc lors d’une réunion informelle à Lisbonne mardi (18 mai).

Subscribe to our newsletters

Subscribe