Le déficit roumain préoccupe Bruxelles

Angela Cristea, représentante de la Commission européenne en Roumanie, s'inquiète de la situation économique du pays. [European Commission]

La Roumanie qui a enregistré le meilleur taux de croissance de l’UE l’année dernière, pourrait devenir l’État au déficit budgétaire le plus conséquent de l’Union. Un article d’Euractiv Roumanie.

Si le gouvernement roumain a assuré à la Commission qu’il n’y avait aucune raison de s’inquiéter, l’exécutif européen n’a pas semblé être totalement rassuré par la présentation du « Rapport économique 2017 pour la Roumanie ». Le 15 mars, la chef de la représentation de l’exécutif européen en Roumanie, Angela Cristea, a en effet partagé les appréhensions de la Commission, selon laquelle le pays pourrait enregistrer le déficit le plus élevé de l’UE cette année.

« En 2016, la Roumanie a enregistré le meilleur taux de croissance économique en Europe (4,9 %). Pour autant, le rapport fait également état du risque que la Roumanie ne subisse cette année l’augmentation de déficit public la plus conséquence au sein de l’UE », a-t-elle averti. « Le gouvernement affirme qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter à ce sujet, mais nous sommes préoccupés. Il vaut mieux avoir des craintes et que rien ne se passe, puis en conclure dans le rapport de l’année suivante que nous nous sommes inquiétés pour rien. »

>> Lire : La Commission dénonce le rétropédalage roumain sur la corruption

D’après Angela Cristea, la Commission a reçu des garanties de la part de Bucarest, qui s’est engagé à contenir son déficit en dessous de la barre des 3 % du PIB, le seuil autorisé par l’UE.

Elle a également souligné les fortes inégalités sociales en Roumanie, une tendance qui persiste depuis 2012: « Nous observons que la pauvreté gagne du terrain, tout comme les inégalités sociales. Ce n’est pas un phénomène nouveau, mais une tendance qui dure depuis 2012. Cela ne concerne pas seulement la Roumanie, mais aussi d’autres États européens. »

D’après les dernières prévisions économiques publiées par la commission mi-février, le déficit public de la Roumanie devrait atteindre 3,6 % du PIB en 2017, contre les 3,2 % estimés dans les prévisions de l’automne dernier. En 2018, celui-ci pourrait même dépasser les 3,9 %, en raison d’une augmentation des pensions de retraite prévue pour juillet 2017.

Le ministre roumain des Finances, Viorel Ștefan, s’est toutefois montré prudent. Il a en effet déclaré que le gouvernement envisageait des mesures visant à réduire les dépenses si l’État s’éloignait trop de ses objectifs.

D’après les prévisions du Fonds monétaire international publiées en octobre, la Roumanie a enregistré le meilleur taux de croissance d’Europe en 2016, suivi de près par l’Irlande. Le FMI prévoyait un taux de croissance de 2 % pour l’UE dans son ensemble, contre 3,3 % pour les pays émergents d’Europe, dont la Roumanie fait partie.

>> Lire : Dacian Ciolos quitte avec nostalgie le gouvernement en Roumanie