De moins en moins d’informaticiens européens pour faire face à la révolution technologique

school istock small.jpg

Les jeunes Européens font de moins en moins d'études d'informatique, selon des statistiques publiées une semaine après qu'un expert a prévenu la Commission européenne que les régulateurs étaient dépassés par le rythme de l'évolution technologique.

Les chiffres récemment publiés par Eurostat révèlent que 3,4 % des étudiants dans l'Union des Vingt-Sept ont été diplômés en informatique en 2009, contre 4,0 % en 2005, bien que ce pourcentage varie en fonction des pays.

La plus grande augmentation a été enregistrée à Malte (1,9 % des diplômés en 2005 et 5,6 % en 2009) et en Hongrie (2,0 % contre 3,4 %). Les diminutions les plus frappantes ont été observées au Portugal (de 5,1 % à 1,7 %) et au Royaume-Uni (de 5,9 % à 4,0 %).

En 2009, les plus grands pourcentages de diplômés en informatique ont été enregistrés à Malte et en Autriche (5,6 % des diplômés), ainsi qu'en Espagne (5,1 %), à Chypre (4,7 %) et en Estonie (4,4 %).

L'utilisation des ordinateurs varie d'un pays à l'autre

Ces statistiques ont également révélé une grande différence dans l'utilisation des ordinateurs chez les 16-74 ans dans les pays membres de l'Union.

En 2011, selon Eurostat, seule la moitié des Roumains avait déjà utilisé un ordinateur. Les Bulgares et les Grecs ne s'en sortent pas beaucoup mieux avec 55 % et 59 % respectivement.

En Suède, presque tous les citoyens (96 %) ont déjà utilisé un ordinateur. C'est également le cas au Danemark, au Luxembourg et aux Pays-Bas (94 %).

Les données sur la baisse du nombre de diplômés en informatique ont été récoltées par Eurostat dans le cadre de la semaine des compétences numériques qui a pour objectif de sensibiliser la population à la nécessité de développer les compétences informatiques en Europe.

En outre, il y a une semaine, Dan Reed, expert politique chez Microsoft Research, a averti l'exécutif européen que les technologies informatiques changeaient à une telle vitesse que les régulateurs étaient à la traîne.

Des ordinateurs qui pensent

Lors d'un débat sur la manière dont l'Europe pourrait gérer cette révolution technologique, il a déclaré : « Le rythme auquel évoluent les technologies surpasse la capacité d'adaptation des structures sociales. »

M. Reed a expliqué que dans le domaine de la technologie, les grands changements survenaient en général tous les six ans, mais qu'il était difficile de prévoir ce qu'il se passerait à l'avance : « C'est de la science-fiction. »

Selon lui, le monde est sur le point de vivre une révolution majeure alors que l'ordinateur est en train de devenir un assistant actif de l'être humain.

« Nous sommes très près de mettre au point des ordinateurs intelligents et pouvant faire des anticipations », a-t-il déclaré lors d'un débat organisé par les Amis de l'Europe.

Les régulateurs auraient dû définir avec soin leurs objectifs politiques et appliquer des règles horizontales claires dans ce secteur pour les questions telles que la protection des données, au lieu de mettre en oeuvre des lois spécifiques, a-t-il ajouté.

En réponse à M. Reed, Anne Glover, le conseiller scientifique principal du président de la Commission, José Manuel Barroso, a déclaré qu'il était nécessaire d'en faire davantage pour introduire les jeunes diplômés en sciences dans la sphère politique et que les scientifiques devraient plus souvent communiquer avec les décideurs politiques. « Ainsi, nous pourrons disposer d'une politique plus affutée et plus appropriée », a-t-elle ajouté.

 

« Les jeunes doivent comprendre les aspects professionnels du nouveau monde numérique », a déclaré Antonio Tajani, le commissaire européen à l'industrie et à l'entreprenariat, lors du lancement de la semaine sur les compétences informatiques.

« C'est plus important que jamais dans le contexte économique actuel. Il est crucial de privilégier la créativité, car elle encouragera l'entreprenariat et la création de nouvelles entreprises », a-t-il ajouté.

« Les compétences informatiques ne sont plus pertinentes uniquement pour le secteur des TIC ; elles deviennent cruciales pour de plus en plus d'emplois. Les experts du secteur prévoient que 90 % des emplois en Europe requerront des compétences dans le domaine des TIC d'ici 2015. Cela vaut aussi bien pour les docteurs, les chauffeurs-livreurs, les banquiers ou encore les designers graphiques », a affirmé John Vassallo, le vice-président des affaires européennes pour Microsoft.

« De nombreux jeunes sont en difficulté aujourd'hui, car ils ne disposent pas de la bonne expérience, des compétences ou des connaissances nécessaires pour trouver un emploi. Microsoft reconnaît l'existence de ces lacunes et oeuvre en faveur de plusieurs programmes visant à aider les jeunes à acquérir de nouvelles compétences, afin qu'ils puissent être formés et trouver du travail », a-t-il ajouté.

 

La semaine des compétences numériques 2012 est une campagne européenne visant à sensibiliser les jeunes aux technologies de l'information et de la communication, ainsi qu'à leur montrer comment trouver un travail et acquérir des compétences informatiques à l'ère du numérique.

Cette semaine des compétences numériques a été lancée à Bruxelles le 19 mars et se terminera à Copenhague le 30.

 

  • 30 mars : fin de la semaine des compétences numériques à Copenhague.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.