Des entreprises interpellent la future présidence française de l’UE

Alors que la Commission européenne a présenté le 14 juillet dernier son paquet « Fit for 55 », en janvier 2022 la France prendra la présidence tournante du Conseil de l’UE pour six mois. [Kay Nietfeld/EPA]

Mercredi (28 juillet), quatorze grandes entreprises françaises, réunies sous l’égide de l’association Équilibre des Énergies, ont adressé une lettre à Jean Castex proposant des solutions afin d’accompagner au mieux l’Europe dans sa transition énergétique à partir de 2022, date à laquelle la France occupera la présidence du Conseil de l’UE.

Tandis que la Commission européenne a présenté son paquet « Fit for 55 » ce 14 juillet dernier, l’Hexagone s’apprête à reprendre les rênes du Conseil de l’UE en janvier 2022. À ce titre, « la France se doit d’œuvrer à rassembler les États membres dans un esprit d’ouverture et de cohésion autour d’un programme fondé sur la progression vers la neutralité climatique et sur le développement d’un écosystème industriel innovant », peut-on lire dans la lettre adressée au gouvernement. 

Les entreprises signataires, dont Total Énergies, EDF, Airbus, Safran ou encore Vinci, et l’association Équilibre des Énergies proposent quatre pistes de travail au gouvernement pour « soutenir la transition énergétique et la croissance verte » de l’Europe. 

Le premier axe de travail : affirmer la primauté de la réduction des émissions de gaz à effet de serre selon le principe « Emission reduction first ». « La France ne doit pas se tromper sur la priorité qui, pour nous, est la réduction des émissions de gaz à effet de serre plutôt que l’efficacité énergétique en soit », estime Brice Lalonde, président de l’association Équilibre des Énergies, lors d’un entretien avec EURACTIV France. 

Car, pour le moment, selon le président de l’association, si les objectifs européens sont bons, les moyens eux le sont moins. « L’Europe se trompe en disant que c’est l’efficacité énergétique qui va nous conduire à la décarbonation. Non c’est l’inverse. C’est la lutte contre les émissions qui est première », explique M. Lalonde. 

Plan climat européen : les plus modestes « ne paieront pas » la transition écologique, dit Le Maire

Les ménages modestes « ne paieront pas le coût de la transition écologique », a assuré mercredi (21 juillet) le ministre de l’Économie français Bruno Le Maire, quelques jours après la présentation par Bruxelles de son vaste plan climat.

Dynamiser une économie verte

Les deuxième et troisième points visent à dynamiser l’économie du Vieux continent. Rénovation des bâtiments, développement du réseau électrique et des énergies renouvelables, décarbonation de l’industrie : la lutte contre le changement climatique doit être un « instrument de croissance économique », qui créera des « emplois durables ». 

Le développement de l’hydrogène, l’ajustement carbone aux frontières et l’amélioration de l’efficacité énergétique devront aussi « faire partie des priorités de la France en vue de favoriser la croissance verte », recommandent les signataires de la missive. 

L’accent doit également être mis sur la « décarbonation des bâtiments et le déploiement de la mobilité propre et connectée », précise encore le texte. 

Le dernier axe de travail a pour but de « reconstruire un leadership technologique européen et français ». Pour cela, la France et l’Europe doivent développer des « activités innovantes » telles que l’hydrogène, les batteries, la capture et le stockage du carbone, ou bien les technologies liées au nucléaire.

Brice Lalonde se veut optimiste sur la présidence de la France au premier semestre 2022 – le monde de l’entreprise aussi. « C’est une lettre qui est à ranger dans le côté des solutionnistes », conclut-il. Reste à savoir si la France arrivera à gérer à la fois la présidence du Conseil de l’UE et les élections présidentielles prévues pour avril 2022. 

Ambition 4 Climate : de grandes entreprises françaises s’engagent pour le climat

L’Association française des entreprises privées (AFEP) a actualisé mercredi (7 juillet) la plateforme Ambition 4 Climate qui réunit les projets de 64 grandes entreprises pour atteindre la neutralité carbone.

Subscribe to our newsletters

Subscribe