Deux tiers des profits du CAC 40 reviennent aux actionnaires

Oxfam et le tirent la sonnette d'alarme sur la redistribution des richesses. [Shutterstock]

Selon l’ONG Oxfam et le bureau d’analyse Basic, les richesses n’ont jamais été aussi mal partagées au sein du CAC 40 entre les PDG, actionnaires et les salariés. Un article de notre partenaire, La Tribune.

93 milliards d’euros de bénéfices, 1 300 milliards de chiffres d’affaires, les résultats des entreprises du CAC 40 en 2017 représentent la moitié du PIB français. Dans un rapport au vitriol, Oxfam et Basic, qui relèvent que leurs profits ont augmenté de 60 % depuis 2009, remarque que « ces gigantesques richesses créées ne sont pas équitablement partagées avec celles et ceux qui la créent : elles ont surtout bénéficié aux actionnaires et aux dirigeants de ces entreprises, plutôt qu’aux salariés ou aux contribuables ».

L’ONG et le Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne (Basis) leur reprochent même de nourrir « une spirale des inégalités » :

« Afin de maximiser leurs bénéfices et la rémunération de leurs actionnaires, les entreprises exercent une pression à la baisse sur les salaires au sein de leurs groupes et dans leurs chaînes d’approvisionnement et multiplient les techniques pour échapper à l’impôt, y compris en utilisant les paradis fiscaux pour des montages d’évasion fiscale. »

Deux tiers des bénéfices aux actionnaires

D’après Oxfam et Basic, les entreprises du CAC 40 ont, en effet redistribué 67,4 % de leurs bénéfices en dividendes aux actionnaires contre 5,3 % à leurs salariés. Plus de deux tiers des résultats étant affectés aux détenteurs d’actions, la baisse de l’investissement en est la conséquence directe. « Cela risque de fragiliser à terme la santé économique des entreprises françaises », écrivent les auteurs de l’étude.
En matière de rémunération, 2016 aura été marqué par des PDG qui gagnent, en moyenne, 257 fois le SMIC et 119 fois plus que la moyenne de leurs salariés. Parallèlement, les entreprises détiennent encore 1 454 filiales dans les paradis fiscaux. Aussi Oxfam exhorte-t-elle « le gouvernement français » à « partager plus équitablement les bénéfices entre les actionnaires et les salariés » et à « limiter les écarts de salaire au sein des entreprises ».

La Commission change de ton sur la mondialisation

Après avoir fermé les yeux sur les défauts du libre-échange durant plus de vingt ans, la Commission européenne admet qu’il est temps de mieux partager les profits de la mondialisation.

Des reportings publics pays par pays

Au-delà de tous ces chiffres, l’ONG espère que l’exécutif« réformera la gouvernance des entreprises de manière à rééquilibrer les prises de décisions en faveur des salariés et de l’intérêt général », à savoir augmenter la représentation des salariés dans les instances de décision, explorer les leviers pour inciter aux investissements de long terme, reconnaître d’autres finalités que la recherche du profit ou encore soutenir le changement transformationnel des chaînes d’approvisionnement.

Oxfam appelle, en même temps, à mettre un terme à l’évasion fiscale des multinationales avec des propositions connues : établir une liste crédible et objective des paradis fiscaux, ou encore mettre fin au « verrou de Bercy », c’est-à-dire que le ministère des Finances n’ait plus le monopole des poursuites relatives à des faits de fraude fiscale. Enfin, l’ONG rêve que les entreprises publient des reportings pays par pays pour« accroître la transparence fiscale ».

« La lutte contre les inégalités est une question de morale »

L’aggravation des inégalités dans le monde met en péril les objectifs mondiaux de développement. Pour enrayer la machine, les gouvernements doivent mettre l’accent sur les services publics, selon Philippe Orliange.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.