Divisions chez les eurosceptiques allemands sur le TTIP

AfD-Vize Henkel kritisiert "unvernünftige, unanständige und intolerante" Mitglieder seiner Partei. Foto: EP

Hans-Olaf Henkel, vice-président du parti eurosceptique Alternative pour l’Allemagne, est en conflit ouvert avec la frange la plus radicale de son parti et appelle à une clarification des positions de son parti sur les questions de la  Russie et du Partenariat transatlantique. 

Les conflits internes au sein du parti eurosceptique Alternative pour l’Allemagne (AfD) continuent à prendre de l’ampleur. Cette fois-ci, le vice-président Hans-Olaf Henkel, avec l’aide de membres du parti, compte en découdre avec certains éléments les plus radicaux de l’AfD devant les tribunaux. « Nous comptons dans nos rangs des personnes déraisonnables, malhonnêtes et intolérantes », a expliqué le vice-président allemand de l’AfD.

L’Afd devrait « mettre de l’ordre en interne », indique l’eurodéputé allemand. Depuis des mois, le parti est en prise à des luttes intestines sur le partenariat transatlantique entre l’UE et les États-Unis. Alors que Hans-Olf Henkel soutient l’accord, une partie de l’AfD s’est positionnée contre ce projet. La question de la Russie est tout aussi explosive.

Un vice-président très remonté

Hans-Olaf Henkel avait déjà vivement critiqué la position de son parti sur le TTIP lors d’un entretien donné à EURACTIV Allemagne : lorsque l’on ne connaît pas le contenu de l’accord, on ne prend pas position, avait-il alors dit, en substance. « L’impact du TTIP est totalement sous-estimé par certains membres de notre parti qui n’ont qu’une idée relative de l’économie. Moins on a de connaissances dans le domaine économique, plus on a la critique facile » avait-il commenté.

>> Lire : Les eurosceptiques font une percée aux régionales allemandes

Hans-Olaf Henkel a ainsi demandé un changement de cap politique à Bernd Lucke, le leader du parti. « Nous avons besoin d’un marqueur fort, même si cela pourrait mener à une perte du nombre de voix pour l’AfD […] Vous ne pouvez pas dire aux gens : je peux tout faire, [car] un jour ou l’autre, ils se diront : en fait, ils ne peuvent rien faire », met-il en garde.

Le leader du parti, Bernd Lucke, également eurodéputé, se sent pour sa part de plus en plus dépassé par la fonction qu’il tient à la tête du parti et son mandat de parlementaire. « La tâche est très exigeante », admet ce dernier. « Parfois, le travail en tant qu’eurodéputé d’une part, et celui au sein du parti d’autre part me poussent à la limite de mes capacités de travail », soupire-t-il.

>> Lire : Le parti eurosceptique allemand rejoint les conservateurs britanniques

 

Le parti AfD est entré au Parlement européen en mai 2014, ce qui a représenté son premier grand succès électoral.

Presse

EURACTIV Allemagne : Entretien avec Hans-Olaf Henkel (en Allemand)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.