La BCE reconnait l’impact négatif de ses décisions sur l’Allemagne et l’Espagne 

Dans l'ensemble, les effets négatifs des mesures de la BCE ont été contrebalancées par l'expansion économique. [European Central Bank / Flickr]

Alors que la profitabilité des banques de la zone euro inquiète, la BCE indique que les décisions monétaires adoptées après la crise financière n’ont eu au mieux aucun effet. En Espagne et en Allemagne, l’impact a même été négatif.

Dans son rapport annuel pour 2017, publié le 9 avril, la Banque centrale européenne (BCE) a admis l’impact négatif des mesures extraordinaires adoptées depuis 2014. Celles-ci incluent l’abaissement des taux d’intérêt, les taux négatifs et les programmes de rachat d’obligations.

Le rapport précise cependant que « les aspects négatifs ont, à ce jour, généralement été contrebalancés par les effets positifs d’une expansion économique large et solide sur la profitabilité des banques ».

Le document insiste sur le fait que l’impact général final des mesures de politique monétaire sur la profitabilité a été « limité » sur l’ensemble de la zone, avec des différences par pays.

Pour les banques italiennes, le rendement des actifs a légèrement augmenté, principalement grâce à l’amélioration de la qualité du crédit. En France, les mesures prises n’ont pas eu d’effet notoire. En Allemagne et en Espagne par contre, les conséquences des politiques ont été négatives.

Meilleures conditions

La BCE note que les faibles taux d’intérêts  ont réduit les marges des banques, alors que le taux négatif de sa facilité de dépôt a pénalisé la surliquidité dans la région.

Tout cela été largement neutralisé par la chute des coûts de provisionnement des banques, étant donné que la reprise a amélioré les conditions pour les emprunteurs.

En outre, l’amélioration de la situation économique a alimenté les volumes de prêts et les plus-values résultant de la hausse des prix des actifs, et donc plus de bénéfices pour les prêteurs.

Cette conclusion est un peu différente de celle qui avait été formulée par la BCE dans son rapport sur ses activités de surveillances, publié fin mars. Dans celui-ci, le risque principal identifié pour les banques de la zone euro était l’environnement à faible taux d’intérêt et son impact sur la profitabilité des banques.

La profitabilité est « le défi numéro un pour les banques de la zone euro », a indiqué la présidente du conseil de supervision de la BCE, Danièle Nouy.

La BCE s'interroge sur le business model des banques

La Banque centrale européenne estime que la chute de la rentabilité des banques les fragilise, et conseille d’augmenter les frais et commissions bancaires.

Raisons variées

Vítor Constâncio, vice-président de l’institution, a présenté le rapport annuel aux eurodéputés. Il leur a expliqué que les faibles taux d’intérêt ne suffisent pas à expliquer les différences de profitabilité entre pays.

Hors de la zone euro, il cite l’exemple de la Suède. Malgré les taux négatifs, la rentabilité des capitaux propres des banques suédoises (12 %) a dépassé la moyenne européenne (7 %).

Dans certains pays, les prêts non productifs ont aussi joué un rôle important dans certains pays, alors que dans d’autres, comme l’Allemagne, ça a été le cas du ratio de rentabilité.

Malgré les conséquences positives de son stimulus monétaire, la BCE admet que les perspectives des banques de la zone euro sont peu enviables, comme l’illustre leur valeur sur les marchés. Les raisons principales de cette situation sont les défis structurels auxquels est confronté le secteur financier. Ceux-ci incluent l’essor de startups offrant des services financiers (fintech) et la multiplication des branches dans certains pays.

La BCE recommande donc que les groupes du secteur bancaire continuent à consolider et à numériser leurs activités. L’institution encourage également les fusions et acquisitions internationales.

En ce qui concerne les prêts non productifs, elle plaide pour une « plateforme de transaction », afin d’accélérer leur élimination. La Commission européenne a récemment proposé de créer un marché secondaire pour l’échange de créances douteuses.

Malgré les inquiétudes planant sur les banques italiennes ou des géants comme la Deutsche Bank, Vítor Constâncio reste généralement positif sur l’état actuel des choses. Il a assuré aux eurodéputés que la résistance moyenne des banques s’était améliorée ces dernières années. Leur position de solvabilité a ainsi atteint 14,5 % de ratio de capitaux propres au troisième trimestre de 2017, contre 7 % en 2007.

Des stress tests plus durs l'an prochain pour les banques

L’Autorité bancaire veut appliquer des règles plus strictes sur les créances douteuses, les amendes et les turbulences de marchés comme chocs à encaisser par les établissements de l’Union. Les événements récents dans le secteur lui donnent raison. Un article de notre partenaire, La Tribune

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.