En Espagne, des commerçants proposent de payer en pesetas

Les clients peuvent payer avec des pesetas chez Manuel Rubio Marcos. [Baptiste Langlois/Ouest-France]

Des commerces continuent d’accepter l’ancienne monnaie, qui peut être changée en euro jusqu’en 2020. Il reste un joli pactole… Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Chez Té y mi Gordy, dans le marché couvert de la Cebada, à Madrid, on peut acheter thés, épices… Rien ne distingue ce commerce, hormis la pancarte collée par Manuel Rubio Marcos sur la devanture : « Il est possible de payer en pesetas ».

Comme les francs, les pesetas ont cédé la place aux euros dans les porte-monnaie depuis le 1er janvier 2002. Mais contrairement à la Banque de France, qui a cessé de récupérer les pièces en francs dès 2005, et les billets dès 2012, la banque centrale espagnole a fixé la date limite d’échange au 31 décembre 2020.

Et il reste un bon paquet de pesetas oubliées dans les tiroirs ou encore cachées sous les matelas ! Les Espagnols posséderaient toujours l’équivalent de 1,6 milliard d’euros en pesetas. Chaque mois, seul un petit million serait échangé à la banque centrale.

Des commerçants ont flairé le bon filon. Manuel Rubio Marcos s’y est mis il y a cinq ans, après un reportage à la télé. « J’ai affiché la pancarte. Le jour suivant, il y avait déjà des personnes avec des pesetas, raconte-t-il. C’est une manière d’attirer les clients qui ont oublié de les échanger. »

Avec le temps, de moins en moins de clients – « surtout des personnes âgées » – paient avec l’ancienne monnaie. « Le bouche-à-oreille a fonctionné, j’ai nettoyé le quartier ! » s’amuse le commerçant en étalant les pièces qu’il garde dans une bourse en tissu. Dans trois ans, elles n’auront plus de valeur que pour les collectionneurs.

>> Lire sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.