En Europe, quand un homme gagne un euro, une femme gagne 84 centimes

Les inégalités salariales entre femmes et hommes sont plus ou moins fortes suivant les pays de l'Union européenne. [Shutterstock]

Les femmes sont moins bien payées que les hommes. Des données sur les inégalités salariales hommes-femmes dans l’Union européenne montrent que celles-ci varient d’un pays à l’autre, mais aussi d’une région à l’autre. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Les femmes ont gagné en moyenne 16 % de moins que les hommes dans l’Union européenne (UE), selon les chiffres compilés par l’office européen de statistiques Eurostat publiés en 2018. L’office européen s’appuie sur la rémunération horaire brute moyenne. « Pour chaque euro gagné à l’heure par un homme, une femme gagnait en moyenne 84 centimes » en 2016, résume Eurostat dans son étude.

La France est en dessous de la moyenne européenne. Avec seulement 15,2 % d’écart contre 16,3 % de moyenne dans l’UE, l’inégalité salariale en France se situe pourtant à un haut niveau car certains pays européens explosent les chiffres. Ainsi, la différence de salaire entre un homme et une femme est de 25,3 % en Estonie !

 

En réalité, la France se situe à la 18e place, bien loin de la Roumanie et de l’Italie qui ont un écart moyen d’un peu plus de 5 %. Mais l’Hexagone fait mieux que l’Allemagne (21,5 %) ou le Royaume-Uni (21 %).

Les femmes sont plus précaires

Sur le salaire net annuel moyen en équivalent temps complet, l’écart entre hommes et femmes est de 18,6 % dans l’UE. Mais ce chiffre masque le fait que les femmes sont surreprésentées dans des secteurs peu rémunérateurs (administration publique, santé, action sociale…) et occupent plus souvent des postes à temps partiel (26,4 % des femmes contre 5,5 % des hommes, en 2014).

L’écart de rémunération entre hommes et femmes est généralement beaucoup plus faible pour les nouveaux venus sur le marché du travail et tend à se creuser avec l’âge. Les inégalités salariales peuvent augmenter avec l’âge en raison des interruptions de carrière que subissent les femmes au cours de leur vie professionnelle. C’était notamment le cas des femmes plus âgées qui n’ont pas pu bénéficier de mesures d’égalité spécifiques qui n’existaient pas encore lorsqu’elles ont commencé à travailler.

Ainsi en France, l’inégalité des rémunérations entre hommes et femmes monte en moyenne à 21,1 % pour la catégorie d’âge entre 55 et 64 ans.

6 220 euros d’écart sur l’année

Selon les chiffres de l’Insee, en France, le revenu salarial net annuel moyen en 2015 était en effet de 25 350 euros pour un homme, et 19 130 euros pour une femme. Un écart de 6 220 euros, soit 25 % !

Ces inégalités salariales varient selon les régions. En Corse, l’écart hommes/femmes de revenu salarial net annuel moyen est de 21 %, contre 27 % pour les Pays de la Loire. Ces inégalités sont en moyenne moins marquées dans les départements d’outre-mer :

 

Voici ci-dessous, par région, la différence de revenu salarial net annuel moyen, non pas en pourcentage, mais en euros. En Île-de-France, la différence entre hommes et femmes monte à 7 260 euros sur l’année :

 

Un sujet de préoccupation depuis longtemps pour l’UE

Le principe de l’égalité salariale entre hommes et femmes figure dès l’origine dans les traités européens, notamment celui de Rome en 1957. Le terme « discrimination » n’y est cependant pas défini. C’est la Cour européenne de justice qui, dans sa jurisprudence, a construit progressivement cette notion qu’elle a définie comme étant « l’application de règles différentes à des situations comparables ou l’application d’une même règle à des situations différentes ».

Ainsi, la lutte contre les discriminations hommes-femmes en France est en partie liée à la transposition de directives et de règlements européens. Globalement, la différence de salaire s’est réduite dans l’UE, de 0,6 point de pourcentage (pp), entre 2011 et 2016. Les principaux rattrapages ont été enregistrés en Roumanie (-4,4 pp), en Hongrie (-4,0 pp), en Espagne et en Autriche (-3,4 pp).

>> Lire sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.