En Lituanie, un hackathon pour créer une monnaie de collection numérique

Le Bitcoin est l'une des monnaies virtuelles les plus connues (Credit: [Julia Zakharova]/Shutterstock)

La Banque centrale de Lituanie a organisé un hackathon, un marathon informatique, pour mettre en place la première monnaie de collection numérique au monde. Vilnius a l’ambition de devenir un pôle d’attraction pour les sociétés fintech et les start-ups utilisant la technologie blockchain. Un article de notre partenaire l’Ouest-France

La Banque centrale de Lituanie a organisé samedi un hackathon, un évènement qui regroupe des développeurs informatiques dans le cadre d’un projet collaboratif, afin de mettre en place la première monnaie de collection numérique au monde, pour marquer le centenaire de l’indépendance de ce pays balte. Le concours organisé à Vilnius a été remporté par une équipe d’informaticiens d’Ukraine.

Bruxelles tergiverse sur l'encadrement du bitcoin

La pertinence de nouvelles règles européennes sur les monnaies numériques est toujours en suspens à Bruxelles, où l’exécutif européen hésite à se saisir du sujet.

Ils ont proposé une solution différente du blockchain répandu car la plate-forme informatique traditionnelle de négociation de bitcoins et d’autres cryptomonnaies est tellement décentralisée qu’elle empêche à un seul administrateur de la contrôler, alors que la banque centrale souhaite un système plus individualisé et gérable.

« Les vainqueurs nous ont proposé une technologie adaptée aux banques centrales qui peuvent en garder le contrôle (…) et de créer notre propre blockchain », a indiqué Egidijus Paleckis, en charge du concours à la Banque centrale, en annonçant le choix du vainqueur. La Banque de Lituanie prévoit d’émettre cette monnaie numérique d’ici la fin de l’année. Le nom, le prix et la date exacte de son lancement restent à déterminer.

Nouvelle étape en numismatique 

La banque a coorganisé le marathon informatique pour mobiliser des sociétés informatiques et des experts en technologies de l’information pour, entre autres, être « la première à franchir une nouvelle étape en numismatique », selon un communiqué. « Pour la première fois, on cherche à émettre une monnaie numérique et à la lier à une pièce physique. L’acquéreur pourra acheter cette monnaie numérique et elle pourra être vendue plusieurs fois. S’il décide d’aller l’échanger contre une vraie pièce de monnaie à la banque, la monnaie numérique n’aura plus de valeur », a expliqué Julius Jankauskas, membre du jury, numismate et collectionneur.

>>Lire la suite sur l’Ouest-France

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.