Vers un mécanisme européen de certification de cybersécurité pour les réseaux 5G

Un mécanisme de certification de cybersécurité pour les réseaux 5G sera mis sur pied à travers le bloc dans le but de répondre aux vulnérabilités techniques de la communication mobile nouvelle génération, a annoncé la Commission européenne mercredi (3 février). [Shutterstock]

Un mécanisme de certification de cybersécurité pour les réseaux 5G sera mis sur pied à travers le bloc dans le but de répondre aux vulnérabilités techniques de la communication mobile nouvelle génération, a annoncé la Commission européenne mercredi (3 février).

Cette décision fait partie du règlement européen sur la cybersécurité adoptée en 2019, qui vise à encourager les acteurs du marché à renforcer la sécurité de leurs appareils connectés afin de parvenir à une certification européenne. L’Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (ENISA) est désormais chargée d’élaborer les normes nécessaires pour obtenir la certification.

La cybersécurité des réseaux 5G a longtemps fait l’objet de réflexions de la part des législateurs compétents dans le domaine. De ce fait, l’UE tente de mettre en place une approche commune concernant la sécurité de ces réseaux, et ce compte tenu de différentes craintes soulevées à l’égard d’opérateurs étrangers.

En janvier de l’année dernière, la Commission européenne a révélé sa boîte à outils 5G, dans laquelle les États membres ont été exhortés à évaluer les risques présentés par les fournisseurs télécoms et à imposer des restrictions si nécessaire.

Le rapport sur l’avancée des progrès à ce sujet publié en juillet invite les États membres à « prendre des mesures sans plus attendre » afin d’atténuer les risques posés par certains prestataires de services aux réseaux 5G.

L’annonce faite hier par Bruxelles de mettre en place un mécanisme de certification pour la 5G survient tandis que l’UE tente de focaliser l’attention des États membres sur la sécurité en matière de télécommunications.

En janvier, la Cour des comptes européenne a déclaré que les États membres progressaient à des rythmes différents dans la mise en place des protocoles de sécurité introduits par la Commission européenne dans le cadre de la boîte à outils de l’année dernière.

Les pays de l'UE sont divisés sur la sécurité de la 5G, selon la Cour des comptes européenne

Les pays de l’UE « progressent à des rythmes différents » dans la mise en place des protocoles de sécurité introduits par la Commission européenne afin d’assurer la sécurité des réseaux de télécommunications de prochaine génération, souligne la Cour des comptes européenne.

« Les États membres ont élaboré et commencé à mettre en œuvre les mesures de sécurité nécessaires pour atténuer les risques », a fait savoir Paolo Pesce, membre de la Cour des comptes européenne.

 « Mais, d’après les informations recueillies jusqu’à présent, les États membres semblent progresser à un rythme différent alors que nous mettons en œuvre cette mesure ».

Entretemps, le commissaire européen chargé du marché intérieur Thierry Breton a avancé mercredi (3 février) que le nouveau cadre de certification rapprocherait les nations européennes sur le plan de la sécurité 5G.

« La sécurité est au centre du développement de la technologie 5G. La certification à l’échelle de l’UE, combinée à d’autres mesures de la boîte à outils 5G, soutient nos efforts pour optimiser la sécurité de la 5G et remédier aux vulnérabilités techniques », a-t-il expliqué.

« C’est la raison pour laquelle il est primordial que les États membres redoublent d’efforts dans la mise en application de la boîte à outils ».

De son côté, la société chinoise Huawei, précédemment sous le feu des projecteurs européens en raison d’inquiétudes portant sur la sécurité de ses services, a salué l’annonce faite par Bruxelles.

« Un mécanisme européen de certification de cybersécurité constitue l’épine dorsale pour la sécurité des réseaux 5G », estime un porte-parole de la firme dans un entretien avec Euractiv. « Selon nous, cette annonce représente une étape positive étant donné que la 5G en Europe est essentielle pour tendre vers une société numérique résistante ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer