La Commission change de ton sur la mondialisation

Frans Timmermans et Jyrki Katainen. [European Commission]

Après avoir fermé les yeux sur les défauts du libre-échange durant plus de vingt ans, la Commission européenne admet qu’il est temps de mieux partager les profits de la mondialisation.

« Les bénéfices de la mondialisation devraient être partagés plus justement », estime Jyrki Katainen. Venant d’un commissaire de centre-droit souvent considéré comme très libéral, cette remarque montre bien à quel point la perception de la mondialisation au sein de la Commission européenne a changé.

La libre-circulation des biens et capitaux n’est plus une source absolue de prospérité, qui ne devrait faire l’objet que de petites adaptations. L’exécutif européen semble avoir récemment pris conscience que cette réalité doit être contrôlée, sans doute à l’occasion du conflit commercial sur l’acier avec la Chine.

« Si l’on ne continue pas à prendre des mesures actives, la mondialisation risque d’exacerber l’effet des évolutions technologiques et de la crise économique récente et de contribuer à creuser encore les inégalités et à exacerber la polarisation sociale », souligne le document de réflexion sur la maitrise de la mondialisation présenté le 10 mai par la Commission.

L’UE vient donc de réaliser quels sont les risques et difficultés engendrés par la mondialisation. Ce changement de ton fait suite à des manifestations nombreuses contre l’accord de libre-échange avec les États-Unis (TTIP) et l’opposition farouche du parlement régional wallon à l’accord similaire avec le Canada (CETA).

Le CETA, un test de crédibilité pour les dirigeants européens

La région belge francophone de Wallonie, qui s’est opposée à la signature du CETA, sera au centre des discussions du sommet des 20 et 21 octobre.

« L’UE continuera à répondre aux inquiétudes des citoyens et à aider les États membres face aux changements impliqués par une mondialisation rapide », avaient indiqué les dirigeants européens en octobre 2016.

La Commission ne compte cependant pas donner raison aux populistes et à leurs solutions simplistes. « Le protectionnisme ne protège pas », a asséné Frans Timmermans, premier vice-président de l’institution. « Par contre, l’isolationnisme isole, et quiconque est isolé restera à la traine. »

Les institutions européennes admettent toutefois qu’il existe un problème, auquel il faut réagir d’urgence. « Au cours des dix dernières années, les revenus réels des ménages de la classe moyenne dans l’UE et dans d’autres économies avancées ont globalement stagné, même lorsque l’économie progressait dans son ensemble », souligne son document de réflexion.

La reprise économique a néanmoins renforcé l’Europe. L’an dernier, le PIB de la zone euro a dépassé son niveau d’avant la crise financière, passant la barre des 10 000 milliards d’euros.

Si la mondialisation et l’impact perturbateur de la technologie a détruit un certain nombre d’emplois et généralisé les contrats précaires, la classe supérieure à quant à elle engrangé encore davantage d’argent. En effet, 27 % de la richesse totale est concentrée entre les mains de 1 % des Européens.

Jusqu’ici, l’exécutif européen restait un ardent défenseur des bénéfices de la mondialisation. José Manuel Barroso, l’ancien président de l’institution, avait admis que les craintes associées à la mondialisation étaient parfois légitimes, étant donné que les profits n’étaient pas redistribués de manière égale, mais que son succès était « incroyable ». Dans ce contexte, l’intervention des autorités devait se limiter à des ajustements mineurs pour corriger les dommages collatéraux ou les secteurs moins compétitifs.

Barroso souligne les avantages considérables de la mondialisation

Selon le président de la Commission qui commentait un nouveau rapport, la mondialisation est bien trop souvent pointée du doigt pour les pertes d’emploi et les hausses de prix qui surviennent en parallèle, tandis que le profit considérable généré par l’augmentation du commerce transfrontalier et des investissments comme les hausses salariales et la croissance du PIB sont négligés.

Un problème de « perception faussée »

En 2006, la Commission a proposé de mettre en place un fonds de mondialisation, afin d’aider les travailleurs affectés par la fermeture d’entreprises ou la relocalisation d’usines. Dans sa proposition, l’institution indiquait que : « On observe une nette asymétrie entre les avantages globaux de l’ouverture, qui sont diffus et ne se concrétisent souvent qu’après un certain temps, et ses effets néfastes, qui sont plus visibles, immédiats et concentrés sur des personnes et régions particulières ».

Or, « comme l’ont souligné récemment plusieurs études et institutions internationales, cette asymétrie risque […] d’aboutir à une perception faussée de la mondialisation et, en conséquence, d’affaiblir l’appui du public à la libéralisation des échanges et à l’ouverture des marchés », poursuivait le document.

Ces prises de position ont fini par résumer le consensus entre la Commission et les États membres sur le sujet. Le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation n’a cependant reçu qu’un budget maximum de 150 millions d’euros pour son cadre financier pluriannuel. Cela représente à peu près l’équivalent des dépenses annuelles liées au déplacement du Parlement à Strasbourg.

La réalité a cependant rattrapé l’UE, prouvant que le problème ne se limitait pas à une « perception faussée ».

La Commission rattrapée par la réalité

Aujourd’hui, l’UE se voit contrainte de faire marche arrière, après avoir fermé les yeux pendant près de vingt ans sur les manifestations partout en Europe et aux États-Unis, sur le rejet de la Constitution européenne en France et aux Pays-Bas et sur des mouvements de justice sociale, tels que les Indignés.

« Presque toutes les inquiétudes exprimées par les manifestants de Seattle [en 1999] se sont réalisées et résultent directement des choix de l’OMC en 2000 », fait remarquer Noah Smith dans The Atlantic.

« Les gains les plus importants ont bénéficié à une petite élite de plus en plus riche dans les pays industrialisés et à la classe moyenne croissante en Asie. Les grands perdants de la mondialisation ont été les personnes aux revenus plus modestes dans les pays développés », renchérit Branko Milanovic, économiste et professeur de la City University of New York Graduate Center.

Aujourd’hui, même l’élite internationale a finalement admis avoir été trop optimiste quant à la mondialisation et la redistribution des richesses.

Décalage frappant entre le moral des entreprises et la défiance des citoyens à Davos

Les responsables des plus grandes entreprises sont divisés sur les bénéfices de la mondialisation, mais sont tous « extrêmement positifs » vis-à-vis des prévisions de croissance, révèle une enquête PwC.

Un total de 44 % des PDG d’entreprises estiment que la mondialisation n’a pas permis de réduire l’écart entre les riches et les pauvres, selon une étude du cabinet de conseil PwC, présentée à l’ouverture du Forum économique mondial de Davos, en janvier.

Dans un autre rapport, le forum a souligné que les revenus moyens avaient décliné de 2,4 % dans plus de 50 pays, soit un total moyen d’environ 2 300 euros par foyer. Une situation « au cœur du mécontentement public », selon la chercheuse Gemma Corrigan.

Après vingt années perdues depuis les manifestations de 1999, les dirigeants sont-ils enfin prêts à agir pour protéger leurs ouailles ? Oui, selon Bob Moritz, PDG de PwC, qui estime que ceux-ci sont à présent « à l’écoute » des citoyens. Il ajoute que la prise de conscience a été facilitée par les réseaux sociaux.

Identifier le problème

Les solutions pourraient cependant ne pas se concrétiser aussi rapidement que l’espèrent les Européens, notamment parce que le diagnostic définitif du problème n’a pas encore été posé, et parce que les solutions impliqueront sans doute des actions à de nombreux niveaux.

« Je suis en effet d’avis que, d’une manière générale, les acteurs ont mis du temps à comprendre les implications de la quatrième révolution industrielle, mais je ne pense pas qu’il soit trop tard », plaide Frans Timmermans, qui estime que les inégalités croissantes résultent de l’impact des nouvelles technologies.

« À l’UE, nous sommes en bonne position pour nous attaquer ensemble au problème », ajoute-t-il, proposant de revoir le « contrat social », afin que les autorités, des institutions européennes aux dirigeants locaux, puissent œuvrer à une redistribution juste ».

Malgré le revirement de la Commission, spécialistes et organisations internationales regrettent que le réel changement de la situation se fasse tant attendre. Richard Samans, membre du conseil  exécutif du Forum de Davos, souligne en effet un manque cruel de consensus entre dirigeants politiques et industries sur les moyens de mettre en place un marché du travail plus inclusif.

« Il faut bousculer le monde du travail pour contrer le populisme »

Pour Guy Ryder, directeur général de l’Organisation internationale du travail la déconnexion systématique entre les constats de la classe politique, notamment en matière d’inégalité, et les propositionsest enpartie responsablme de la montée du poppulisme.

« Il existe une déconnexion cognitive entre les faits observés et les conclusions proposées », explique Guy Ryder, directeur exécutif de l’Organisation mondiale du travail, qui appelle à un « changement de paradigme ».

Un simple problème de communication ?

Tout le monde n’est cependant pas convaincu par la volte-face des élites politiques. Ainsi, certains dirigeants européens estiment toujours qu’il suffirait en réalité de brosser un meilleur portrait de la mondialisation.

« La controverse sur le CETA a montré que notre grande priorité devrait être de donner aux gens des informations honnêtes et convaincantes quant aux vraies conséquences du libre-échange », a assuré Donald Tusk, président du Conseil européen, après le sommet UE-Canada d’octobre dernier. « Nous devrions pouvoir convaincre les citoyens que le libre-échange est dans leur intérêt, et pas uniquement dans l’intérêt des grandes entreprises et multinationales. »

Le document de réflexion de la Commission avance les améliorations à apporter : construire des sociétés plus résistantes et étoffer les instruments européens contre les pratiques déloyales. Jean-Claide Juncker, le président de l’exécutif européen, devrait expliquer comment il compte y parvenir en septembre.

L’Estonie compte entrainer l’UE dans la révolution numérique

L’Estonie s’apprête à prendre la présidence tournante de l’UE et entend se concentrer sur l’avenir de l’emploi et le rôle de la technologie dans la transformation des systèmes sociaux.

Mondialisation, souveraineté ou démocratie

Pour Dani Rodrik, économiste à Harvard, la solution définitive ne pourra être trouvée que lorsque les autorités publiques résoudront le trilemme de l’économie mondiale : si nous voulons plus de mondialisation, nous devons renoncer soit à un certain niveau de démocratie, soit à un certain niveau de souveraineté nationale.

« En prétendant avoir ces trois choses en même temps, nous tournons en rond dans des limbes instables », assure-t-il.

Si l’Europe veut continuer à bénéficier de la mondialisation, les gouvernements nationaux devraient donc transférer davantage de compétences au niveau supranational, afin de pouvoir réellement gérer les dysfonctionnements de la finance mondiale.

Dans le cadre du débat sur le niveau d’intégration que l’Europe devrait viser pour dépasser la survie et réellement prospérer, le document de réflexion de la Commission est donc un appel voilé à mettre en place une Europe qui minimise davantage les conséquences négatives de la mondialisation.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.