L’UE devrait confirmer la suspension du Pacte de stabilité et de croissance en mai

Les nations européennes s’accordent sur le fait que l’Europe ne peut pas risquer de retirer ce soutien à l’économie de façon prématurée. EPA-EFE/ANTONIO PEDRO SANTOS [EPA-EFE/ANTONIO PEDRO SANTOS]

Les États membres de l’UE ont approuvé les critères proposés par la Commission européenne visant à définir la période de suspension des règles budgétaires du bloc. En mai, ils devraient en décider le maintien pour 2022, a déclaré le ministre portugais des Finances João Leão mardi (16 mars).

« Les nations européennes s’accordent sur le fait que l’Europe ne peut pas risquer de retirer ce soutien à l’économie de façon prématurée », a-t-il expliqué. Étant donné que 2022 sera encore marquée par la relance, il serait judicieux de maintenir la suspension du Pacte de stabilité et de croissance (PSC).

Le Portugal occupe la présidence tournante du Conseil de l’UE jusqu’en juillet. Dans ce contexte, M. Leão est également à la tête du Conseil « affaires économiques et financières » (Ecofin), composé des 27 ministres de l’Économie et des Finances de tous les États membres.

« En ce qui concerne la reprise économique, les États membres s’attendent à une accélération rapide de l’économie à partir du deuxième semestre de cette année, car le rythme des campagnes de vaccination s’intensifie et les mesures de confinement disparaissent progressivement. 2022 sera également marquée par une croissance solide », a ajouté le ministre portugais.

La zone euro confirme sa politique budgétaire anti-crise

« Tant que la crise sanitaire ne sera pas terminée et que la reprise ne sera pas fermement engagée, nous continuerons à protéger notre économie en déployant le niveau de soutien budgétaire nécessaire« , ont affirmé les ministres des Finances des 19 pays partageant la monnaie unique dans un communiqué commun.

Le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis a indiqué que le niveau d’activité économique de l’UE ou de la zone euro, par rapport aux niveaux de 2019, devrait être un critère quantitatif déterminant pour l’évaluation de l’exécutif européen relative au maintien ou non de la clause de sauvegarde [permettant la suspension du PSC].

M. Dombrovskis a réaffirmé que la décision définitive, prévue pour le printemps, dépendrait des résultats de l’analyse globale de la situation économique, avec comme critère clé : le retour de la performance économique aux niveaux d’avant la crise.

Les deux représentants européens ont également fait savoir que la décision finale serait prise en fonction des prévisions macroéconomiques de la Commission européenne, que Bruxelles devrait publier au début du mois de mai.

« Nous reprendrons les discussions sur la clause de sauvegarde afin d’accorder nos violons sur ce sujet crucial », a renchéri M. Leão.

Selon lui, la priorité majeure actuellement consiste à aider l’économie européenne à surmonter la crise sanitaire, ce qui demeure impossible sans le soutien des États membres.

De plus, si le soutien aux secteurs vulnérables venait à s’interrompre, des sociétés pourraient faire faillite. Une crise temporaire marquerait alors au fer rouge les économies de l’Union.

« Nous ferons tout ce que nous pourrons pour éviter un tel scénario », a-t-il conclu.

Les trois éléments clés du certificat vert numérique de l'UE présenté aujourd'hui

Être vacciné, avoir un test PCR ou une preuve qu’une personne a guéri du COVID-19 seront les trois éléments clés du certificat vert numérique de l’UE qui doit être présenté aujourd’hui par la Commission européenne, selon des sources.

Subscribe to our newsletters

Subscribe