L’UE a besoin d’un réseau transfrontalier de « corridors » 5G pour stimuler la relance, selon Margrethe Vestager

Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence et vice-présidente exécutive de l'UE chargée du numérique. [EPA-EFE/STEPHANIE LECOCQ]

Les pays de l’Union européenne devraient utiliser une partie des 750 milliards d’euros du fonds de relance pour mettre en place des corridors 5G. Cela les aiderait à se remettre de la pandémie de coronavirus, estime la responsable européenne du numérique.

L’an dernier, la Commission européenne a dévoilé son plan de relance destiné à soutenir les économies de la région qui ont été gravement affectées par les retombées de la pandémie.

La Commission examine actuellement les différents plans proposés par les pays de l’UE afin de déterminer s’ils remplissent les conditions requises pour bénéficier d’un financement. Elle souhaite allouer un cinquième du fonds de relance à des projets numériques, afin d’aider l’UE à rattraper les États-Unis et la Chine.

« L’une des choses que nous préconisons est le franchissement des frontières, d’un point de vue numérique … Les couloirs 5G seraient importants en la matière », a souligné Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence et vice-présidente exécutive de l’UE chargée du numérique, lors d’une interview accordée à Reuters lundi 8 février.

Les corridors transfrontaliers 5G créeraient un réseau permettant d’aider les pays de l’UE à déployer la technologie 5G pour divers usages dans la région.

Pour les consommateurs, la 5G améliorerait la vitesse et la capacité des appels téléphoniques et de l’utilisation d’Internet. Mais le principal avantage de cette technologie réside dans la création de nouvelles entreprises, l’automatisation des usines et l’exploitation d’infrastructures essentielles comme les réseaux électriques.

Les Européens explorent les moyens légaux d'intercepter les communications 5G

La Commission européenne travaille aux côtés d’Europol et des États membres de l’UE pour avoir accès, en toute légalité, aux données des réseaux 5G, champions de la protection de la vie privée.

Margrethe Vestager a également déclaré que les pays de l’UE devraient profiter des ressources du fonds de relance pour mettre en place des liaisons électriques, appelées « interconnecteurs », afin de contribuer à la réalisation des objectifs écologiques de l’Union.

Concernant la transition verte, la commissaire a également souligné l’importance « des interconnexions entre les États membres, afin de créer cette union énergétique et de permettre aux énergies renouvelables de mieux circuler ».

Les pays de l’UE ont jusqu’à la fin avril pour présenter des plans de relance nationaux qui pourraient bénéficier de financements. L’objectif est que la majeure partie des fonds soit dépensée avant 2023.

Margrethe Vestager a fait savoir que l’exécutif de l’UE ne prévoyait pas de prolonger ce délai.

« Cela pourrait être le cas pour des pays confrontés à des circonstances spécifiques, telles qu’une élection ou quelque chose de semblable, mais en tant que tel, nous ne prévoyons pas de prolongation », a-t-elle déclaré.

« Tout le monde voudrait que les plans soient prêts pour que la reprise commence le plus tôt possible, une fois que le confinement et les mesures restrictives ne devront plus être aussi strictes qu’elles le sont à l’heure actuelle. »

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer