Un ex-Premier ministre grec anticipe un nouveau plan de sauvetage

La position de la Grèce dans la zone euro et de l’UE est « assurée », selon la Commission européenne.  Selon un ancien Premier ministre, le pays devra bientôt demander une nouvelle aide.

La Grèce tente actuellement de retrouver ses marques après sa sortie en août 2018 d’un programme de sauvetage de huit ans. Les représentants du gouvernement affirment que l’économie devrait maintenant se concentrer sur les réformes favorables à la croissance et sur les personnes qui ont été les plus durement touchées par la crise.

L'austérité infligée à la Grèce soulève la question des indemnisations

Les dommages causés par l’austérité en Grèce soulèvent la question de la responsabilité des institutions européennes. Et d’une éventuelle indemnisation. 40 % des populations rurales sont aujourd’hui exposées au risque de pauvreté en Grèce.

Kostas Simitis, un homme politique socialiste qui a été Premier ministre de la Grèce de 1996 à 2004, a toutefois déclaré dans une interview du 30 décembre 2018 que le pays se tournerait à nouveau vers les institutions européennes pour une aide supplémentaire.

« Dans l’Union européenne, il est certain qu’après 2018, la Grèce sollicitera rapidement des prêts auprès du Mécanisme européen de stabilité (MES) », a affirmé Kostas Simitis. « La conséquence inévitable serait l’imposition de nouvelles conditions à la politique économique du gouvernement grec. »

Euractiv a demandé à la Commission européenne si Bruxelles envisageait un autre plan de sauvetage, comme l’a souligné le Grec.

«  La Grèce a conclu avec succès le programme sur trois ans de soutien à la stabilité en août dernier et sa place au cœur de la zone euro et de l’Union européenne est assurée », a déclaré un porte-parole de la Commission, sans vouloir en dire plus.

Le responsable européen a également fait référence au premier rapport de la Commission sur le « cadre de surveillance renforcée » de la Grèce, qui indique que le projet de budget pour 2019 garantit l’objectif d’un excédent primaire de 3,5 % du PIB.

La Commission garde la Grèce sous haute surveillance

La Grèce va sortir le 20 août de huit ans de programme de sauvetage, mais restera sous surveillance étroite de la Commission européenne.

D’après certaines sources, il n’y aurait pas de nouveaux pourparlers de sauvetage à Bruxelles.

Le gouvernement grec a réagi vivement aux déclarations de Kostas Simitis, excluant tout scénario de nouvelle aide de l’UE.

« Notre pays n’entrera pas dans un nouveau programme et ne recourra pas non plus aux prêts du MES […] l’évolution de l’économie et les déclarations des fonctionnaires européens le montrent au quotidien », a déclaré Rania Svigkou, porte-parole de Syriza.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.