À 38 ans, Mariya Gabriel devient la cadette des commissaires européens

Mariya Gabriel devrait remplacer Kristalina Georgieva à la Commisison. [European Parliament]

À 38 ans, l’eurodéputée bulgare Mariya Gabriel nommée au poste du numérique devient la plus jeune commissaire européenne jamais entrée en fonction.

La nomination de Mariya Gabriel, eurodéputée bulgare de centre droit, au poste de commissaire a été approuvée lors d’une séance plénière du Parlement européen, le 4 juillet, à 517 voix pour, 77 contre et 89 abstentions.

Elle devient commissaire pour l’économie et la société numériques, et sera responsable de la DG Connect, la direction-générale chargée des politiques liées à la technologie. Elle succède ainsi au commissaire allemand, Günther Oettinger, qui a quitté ce poste en janvier pour prendre celui du budget.

Mariya Gabriel pourrait théoriquement prendre fonction ce vendredi, le 7 juillet, mais un représentant de la Commission a indiqué qu’elle attendrait sans doute le lundi 10, quand son nouveau bureau sera prêt à la recevoir. Le porte-parole a ajouté que le cabinet qui entourera la commissaire n’était pas encore déterminé.

Lors de son audience devant le Parlement, il y a deux semaines, Mariya Gabriel avait assuré qu’elle suivrait les priorités de Jean-Claude Juncker, qui désire avant tout mettre en place un marché unique numérique à l’aide de politiques technologiques paneuropéennes. La candidate bulgare avait alors principalement parlé en français, se limitant à quelques commentaires brefs en anglais et en bulgare.

Mariya Gabriel a été élue au Parlement européen en 2009 et s’est surtout impliquée dans des questions liées à la sécurité et à la politique étrangère, et non dans les nouvelles technologies.

Selon certains eurodéputés présents lors de son audition, elle est cependant informée sur les politiques numériques européennes, de la réglementation des plateformes numériques au cryptage. Les eurodéputés n’ont pas voulu se pencher sur les accusations des médias bulgares, qui assurent qu’elle loue un appartement dans des conditions suspectes dans le centre de Sofia.

La candidate bulgare à la Commission choisit le français pour son audition

Mariya Gabriel, la candidate PPE bulgare au poste de commissaire au numérique, a défendu les positions de la Commission lors de son audition devant les eurodéputés au Parlement européen.

La Commission est en train de négocier une série de nouvelles règles controversées dans le secteur numérique, dont celles des droits d’auteur et des réglementations liées aux télécoms.

Certains des eurodéputés l’ayant interrogée ont regretté qu’elle n’exprime pas d’opinion personnelle sur ces questions. Kaja Kallas, eurodéputée estonienne, s’inquiète de savoir qui seront les plus proches conseillers de la nouvelle commissaire. « Qui écoute-t-elle ? Cela pourrait très mal tourner », a-t-elle souligné lors d’un entretien.

Andrus Ansip, vice-président de la Commission et chargé des politiques liées au marché numérique, a pour sa part indiqué son soulagement à Euractiv, expliquant que l’aide de la commissaire était absolument nécessaire étant donné les chantiers lancés par l’exécutif européen dans son secteur et les très nombreux textes à négocier avec les gouvernements nationaux.

Il a également jugé que sa nomination faciliterait la négociation des propositions de lois quand la Bulgarie prendra la présidence tournante du Conseil, en janvier 2018.

Le pays n’était en effet pas représenté par un commissaire depuis décembre, quand Kristalina Georgieva avait quitté son poste pour rejoindre la Banque mondiale.

«Face aux cyberattaques, la transparence entre Etats membres est clé»

Andrus Ansip estime que les réussites de l’Estonie dans le domaine du numérique ne peuvent pas être copiées partout et que les cyberattaques de 2007 auraient pu être pires si les pays européens n’avaient pas partagé d’informations.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.