Gaia-X, les premiers pas d’un écosystème des données européen

epa07542280 French Finance Minister Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, et son alter ego allemand, Peter Altmaier. EPA-EFE/IAN LANGSDON

L’ambitieuse proposition de la France et de l’Allemagne de créer une infrastructure européenne de données dans le cloud afin d’écarter les concurrents américains et chinois a été lancée.

Le ministre allemand de l’économie, M. Altmaier, a qualifié le lancement du projet d’infrastructure de données de l’UE, auquel participeront dans un premier temps 11 entreprises françaises et 11 entreprises allemandes, de  « point de départ d’un écosystème de données européen » qui permettra l’échange de données interopérables entre une série de secteurs, dans le respect permanent des normes européennes de protection des données. L’initiative établira des normes européennes pour le stockage des données et servira également de plate-forme pour les entreprises qui souhaitent rechercher des fournisseurs de stockage de données, tout en offrant un environnement sécurisé pour le partage des données entre entreprises en Europe.

Pour sa part, le Français Le Maire a noté que l’essence du projet concernait la souveraineté européenne.  « Nous ne sommes pas la Chine. Nous ne sommes pas les États-Unis. Nous sommes des pays européens avec nos propres valeurs », a-t-il déclaré jeudi.

Toutefois, cela ne signifie pas que la porte est complètement fermée aux entreprises américaines pour un certain niveau d’implication, bien que l’association elle-même présente des entreprises européennes et soit gouvernée par des Européens. M. Altmaier a fait remarquer que les entreprises de pays tiers devront respecter les principes du projet pour pouvoir participer, notamment l’ouverture, l’interopérabilité, la transparence et la confiance.

« Lors de mes entretiens avec des entreprises américaines, il y a une réelle chance que les normes Gaia-X deviennent un étalon-or des services de cloud computing dans le monde entier », a déclaré M. Altmaier.

Bruxelles esquisse les grandes lignes de l’espace unique de données

D’ici à la fin de la décennie, l’UE entend créer un véritable marché unique des données qui soit en accord avec sa puissance économique. La Commission expose sa stratégie dans un document qu’Euractiv a pu consulter.

Bien que le projet soit facturé par l’UE comme étant une entreprise européenne et faisant partie de l’objectif du président de la Commission Ursula von der Leyen de parvenir à la souveraineté numérique, les entreprises américaines continuent de souligner leur volonté d’y participer.

Nous sommes fermement engagés à apporter une contribution durable au succès de Gaia-X en tant que plate-forme importante pour la création de valeur numérique et le renforcement des modèles commerciaux basés sur les données en Europe », a déclaré le géant américain de la technologie Microsoft dans un communiqué, ajoutant que la société est également  »en discussion » pour participer au projet.

Plus généralement, M. Le Maire a noté que le lancement de Gaia-X  »n’aurait pas pu être plus opportun », en partie parce que le coronavirus a mis en lumière la nécessité pour l’Europe de se doter de sa propre infrastructure de données en nuage indépendante, en raison de l’adoption substantielle d’outils numériques pendant la période de verrouillage.

Dans cet axe, une étude récente du Synergy Research Group a démontré que la pandémie de corona n’a pas seulement échoué à infliger des dommages économiques au marché du cloud computing comme elle l’a fait pour la plupart des autres secteurs, mais qu’elle a même eu un impact positif, Amazon et Microsoft étant parmi les principaux bénéficiaires.

Dans ce contexte, l’utilisation d’outils américains pour des opérations de stockage de données européennes peut avoir des ramifications juridiques. Par le biais de l’US CLOUD Act, l’administration américaine a le droit légal de forcer ses entreprises à remettre des données appartenant à des citoyens européens.

Londres envisage un Brexit dans la protection des données

Boris Johnson a annoncé que le Royaume-Uni ne s’alignerait pas sur la législation européenne sur la protection des données, mais allait établir ses propres règles. Une ambition qui va à l’encontre des recommandations de l’UE dans le domaine.

Sur ce point, Le Maire a déclaré que tout fournisseur dans le cadre du projet Gaia-X devra informer ses clients  « si des données pourraient tomber sous le coup de lois extraterritoriales de certains pays, par exemple le CLOUD Act des États-Unis ».

L’industrie a réagi positivement jeudi. Le CISPE, l’association des fournisseurs de services d’infrastructure en nuage en Europe, a salué le lancement.  « Le marché unique numérique européen et les valeurs européennes de protection des données exigent une infrastructure en nuage performante, sécurisée et fiable qui profite à tous les utilisateurs », a déclaré Alban Schmutz, président du CISPE.

Le budget de base de Gaia-X sera de 1,5 million d’euros par an,  « ce qui n’est pas énorme, mais suffisant », a déclaré jeudi Hubert Tardieu, d’Atos. Son entreprise est l’une des 11 entreprises françaises participantes, aux côtés d’autres entreprises compatriotes dont Orange et EDF. Parmi les 11 membres allemands, BMW, Deutsche Telekom et Siemens jouent tous un rôle.

En ce qui concerne les objectifs ambitieux du projet dévoilé par Le Maire et Altmaier, beaucoup ont soutenu la nécessité pour l’Europe de mieux concurrencer les puissances mondiales dans le domaine des infrastructures de données.

Philipp Otto, fondateur et directeur du groupe de réflexion allemand iRights.Lab, a déclaré à EURACTIV que Gaia-X  « ne vise pas à construire un grand superpétrolier massif mais lent, mais à progresser grâce à un réseau de nombreux petits navires ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER