La Grèce veut en finir avec la corruption dans son système de santé

Le phénomène des dessous-de-table est une tradition bien connue en Grèce. Cependant, aucune action n'a jusqu'à présent été prise pour mettre un terme à cette pratique. [Chris Potter/Flickr]

Le ministère grec de la Santé a annoncé cette semaine la création d’une plateforme électronique visant à lutter contre la corruption dans le système de santé et à protéger la « dignité » des patients.

Le ministre grec de la Santé, Andreas Ksanthos, souligne que le lancement d’un débat public pour lutter contre ce fléau est un événement inédit.

La Commission veut mieux évaluer les technologies de la santé

Pour devenir durables et rentables, les systèmes de santé nationaux devraient adopter les évaluations des technologies de la santé, selon le Commissaire Vytenis Andriulaitis.

La norme

Le phénomène des dessous-de-table est une tradition bien connue parmi les politiques grecs, mais aucune action spécifique n’a jusqu’à présent été prise pour y remédier.

Cela fait maintenant des années que des patients sur le point de subir une intervention chirurgicale ou de faire un séjour en hôpital public remettent des enveloppes remplies d’argent supplémentaire à leurs médecins, afin de recevoir les meilleurs soins possible. Au fil du temps, ce phénomène est devenu la norme et les patients agissant différemment sont souvent discriminés.

« Nous devons examiner les causes de ce phénomène. Les retards dans le système doivent être pris en considération, mais ils ne constituent pas la cause principale. Ce phénomène a toujours existé, mais il s’est amplifié pendant la crise économique », a indiqué le ministre.

Il a ajouté que le gouvernement était conscient de cette « situation inacceptable », qui « nuit à la dignité du système de santé et aux droits des patients ».

Tolérance zéro

Pour Andreas Ksanthos, ce comportement peut s’expliquer par le besoin profond des patients de se sentir, à travers cette relation privilégiée avec le médecin, plus en sécurité. Ils sont ainsi convaincus de recevoir de meilleurs traitements.

Pour lutter contre ce phénomène et renforcer la confiance placée dans le système de soins de santé public, les politiques de gauche ont annoncé la création d’une plateforme électronique anti-corruption. Par le biais de cette plateforme, les patients pourront dénoncer ce genre de pratiques et déposer des plaintes qui seront examinées par un organisme de surveillance ad hoc.

Le ministre a souligné que le gouvernement ferait désormais preuve d’une tolérance zéro et a insisté sur le besoin d’instaurer une nouvelle culture. « Nous avons besoin d’une nouvelle culture, d’un autre style de système de santé, afin de convaincre les patients qu’ils peuvent recevoir des services avec dignité, sans devoir verser un centime supplémentaire aux médecins qui s’occupent d’eux », a indiqué Andreas Ksanthos.

Le secteur de la santé s'attelle aux prix des médicaments en Europe

L’accès aux médicaments demeure une des faiblesses du marché européen. Associations de patients, industrie pharmaceutique et pouvoirs publics se sont penchés sur le problème lors d’une conférence à Sofia. 

Subscribe to our newsletters

Subscribe