Huawei conteste devant la justice l’interdiction de la 5G en Suède

L’audience a été l’occasion de « traiter toutes les erreurs juridiques qui ont été commises selon nous », a déclaré Kenneth Fredriksen, vice-président exécutif de Huawei. [Shutterstock/astudio]

Le géant chinois des télécommunications Huawei a porté plainte contre le régulateur suédois des télécommunications après que l’entreprise a été interdite de participer aux enchères 5G en Suède et que les opérateurs télécoms ont été sommés de retirer leur technologie avant la fin de 2024.

L’affaire a été portée devant le tribunal administratif du pays mercredi (21 mars), donnant à Huawei et au régulateur suédois des télécoms l’occasion de présenter leurs arguments. L’heure du verdict n’a pas encore été annoncée.

L’audience a été l’occasion de « traiter toutes les erreurs juridiques qui ont été commises selon nous », a déclaré Kenneth Fredriksen, vice-président exécutif de Huawei, rapporte Reuters.

Le géant chinois continue apparemment de bénéficier du soutien de la société suédoise et de son principal concurrent, Ericsson, qui craint que Huawei ne riposte à la suite de l’interdiction. Ericsson tire actuellement 8 % de ses revenus du marché chinois.

L’audience semble également importante pour la Chine, puisque le South China Morning Post, un journal plutôt pro-Pékin, a publié jeudi (22 mars) un article sur Ericsson réaffirmant son engagement sur le marché chinois et citant le vice-président senior d’Ericsson, Chris Houghton, qui a déclaré : « Tout ce qui restreint la concurrence risque de ralentir l’industrie. Les résultats du marché devraient être décidés par des performances techniques sur la compétitivité des différentes solutions. »

Il reste à voir si des affaires judiciaires similaires apparaîtront dans le reste de l’Europe. Comme la Suède, le Royaume-Uni a interdit à Huawei d’utiliser ses réseaux 5G.

5G : le Conseil constitutionnel valide les dispositions « anti-Huawei »

C’est un revers pour le géant des télécommunications chinois, ainsi que pour les opérateurs français SFR et Bouygues Telecom, à l’origine de la saisie du Conseil constitutionnel.

Subscribe to our newsletters

Subscribe