Huawei diversifie ses activités après des pertes financières importantes

Les plans de cette diversification sont programmés depuis des années, à commencer par des projets comme le Huawei Cloud lancé en 2017. [Rad K/Shutterstock]

Alors que la pression sur le modèle économique traditionnel de Huawei grandit, l’entreprise chinoise tente de diversifier son portefeuille d’activités en développant des écosystèmes numériques et des logiciels.

Ce changement s’opère dans différents secteurs. Huawei prévoit de se lancer dans l’intelligence artificielle, la reconnaissance faciale et l’e-mobilité et fonde de grands espoirs sur le marché européen.

« Chaque entreprise doit évoluer et s’adapter à l’environnement changeant, qu’il s’agisse d’un environnement commercial ou d’un environnement politique », a déclaré à EURACTIV Radoslaw Kedzia, vice-président de Huawei CEE et région nordique. « Et cela signifie que nous créons également de nouvelles lignes commerciales et de nouveaux types de produits », a-t-il ajouté.

Les plans de cette diversification sont programmés depuis des années, à commencer par des projets comme le Huawei Cloud lancé en 2017. Passer du modèle économique de la production d’appareils et de matériel, au développement de programmes informatiques et de logiciels, est devenu une question de vie ou de mort pour l’entreprise qui a été visée par des sanctions américaines en 2018.

Les secteurs rentables de l’entreprise dans le domaine de l’électronique grand public ont énormément souffert de ne pas pouvoir accéder aux semi-conducteurs. Ils ont enregistré une baisse spectaculaire de revenus de 47 % en août dernier, la plus forte baisse jamais enregistrée dans l’histoire de Huawei. Les activités de l’entreprise dans le domaine des télécommunications ont également connu un déclin, les pays européens préférant Nokia et Ericsson pour le développement des réseaux 5G. La Chine elle-même connait un ralentissement.

Huawei était le leader mondial des ventes de smartphones et a réussi à dépasser Samsung au début de 2020 en termes d’expéditions mondiales de smartphones. L’entreprise chinoise a depuis perdu son emprise sur le marché des smartphones.

Depuis que l’ancien président américain Donald Trump a inscrit Huawei sur une liste noire – l’excluant de fait de l’utilisation des applications Google et du système d’exploitation Android – les ventes mondiales se sont effondrées.

Une situation similaire se dessine au sujet de la 5G. Le fournisseur basé à Shenzhen a perdu son emprise sur le marché européen. Malgré les efforts de pression de Huawei – qui se classe au cinquième rang en Europe – la plupart des pays de l’UE ont limité l’utilisation des équipements Huawei dans le cadre du déploiement de la 5G, ou l’ont même complètement interdite.

Huawei conteste devant la justice l'interdiction de la 5G en Suède

Le géant chinois des télécommunications Huawei a porté plainte contre le régulateur suédois des télécommunications après que l’entreprise a été interdite de participer aux enchères 5G en Suède et que les opérateurs télécoms ont été sommés de retirer leur technologie avant la fin de 2024.

Nouveau système d’exploitation

Après l’interdiction imposée par les États-Unis à Huawei de recourir à Android, le système d’exploitation pour smartphones de Google, et aux applications de Google, le producteur chinois a commencé à développer ses logiciels et ses écosystèmes numériques.

Le nouveau système d’exploitation HarmonyOS, qui a été lancé en 2019, est au cœur de cette démarche. HarmonyOS n’est pas seulement un système d’exploitation pour les smartphones, il intègre tous les appareils connectés tels que les montres et les téléviseurs intelligents, reflétant l’ambition à long terme de l’entreprise sur le marché croissant de l’Internet des objets.

Vendredi dernier (22 octobre), la société a annoncé que le système d’exploitation est actuellement utilisé sur près de 150 millions de smartphones et que la nouvelle version – HarmonyOS 3 – devrait être mise en service au premier trimestre de 2022.

« Je suis assez enthousiaste quant aux capacités de notre système mobile, et à sa croissance sur le marché qui montre qu’il y a un besoin sur le marché pour aider l’écosystème qui peut jouer un rôle important », a déclaré M. Kedzia.

Cependant, HarmonyOS n’a pas encore été lancé en Europe, et ses utilisateurs sont principalement basés en Chine.

Un porte-parole de Huawei a déclaré à EURACTIV que le système d’exploitation serait lancé en Europe dans « un avenir proche ». Il n’y a cependant pas encore de date précise pour le lancement.

M. Kedzia affirme qu’il y a un « grand appétit sur le marché » pour le nouveau système d’exploitation. L’entrée sur le marché européen se heurterait toutefois à d’énormes obstacles.

Huawei a déjà perdu la plupart de ses parts de marché au profit de ses concurrents, notamment le fabricant chinois de smartphones Xiaomi, qui détient actuellement la deuxième plus grande part de marché après Samsung. Il a enregistré une croissance de 83 % au deuxième trimestre de 2021.

Les utilisateurs de HarmonyOS ne pourront pas non plus accéder au Google Play Store. Si le système d’exploitation de Huawei a pu ouvrir et exécuter les applications et les jeux proposés dans le Play Store par le passé, Google a déjà répondu à la menace de ce concurrent potentiel.

En juin, Google a en effet annoncé que les nouvelles applications de la boutique devraient êtreflo proposées en utilisant le dernier format Android App Bundle, qui ne peut être ouvert que par le Google Play Store lui-même, empêchant ainsi Huawei de rendre ces applications disponibles sur HarmonyOS.

5G : la France table sur un marché de 15 milliards d'euros d'ici 2025

Près de 1,7 milliard d’euros devrait être investi dans le marché de la 5G français, selon la ministre de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher et le secrétaire d’État à la Transition Numérique Cédric O, qui ont présenté ce matin (6 juillet) leur stratégie « d’accélération » pour les télécommunications.

Subscribe to our newsletters

Subscribe