La Bulgarie signe un accord avec un constructeur allemand de voitures électriques

« L’accord est au stade final », a déclaré le ministre de l’Économie Kiril Petkov lors d’un briefing. [buffaloboy/Shutterstock]

Après le refus du géant allemand Volkswagen de construire une nouvelle usine en Bulgarie, une startup allemande spécialisée dans les voitures électriques a manifesté son intérêt pour investir 140 millions d’euros dans le pays.

« L’accord est au stade final », a déclaré le ministre de l’Économie Kiril Petkov lors d’un briefing mardi (6 juillet). Il a fait état des résultats du concours, organisé par ses soins pour les attachés commerciaux bulgares à l’étranger, qui permettra d’attirer le plus d’investissements potentiels dans le pays.

Le fabricant de voitures électriques avec lequel la Bulgarie négocie est la startup allemande Next.e.GO et l’accord pourrait être annoncé samedi, a confirmé le ministre. Selon lui, l’entreprise est pressée d’ouvrir l’usine, car « la concurrence sur le marché des voitures électriques est féroce et c’est le premier qui gagne ».

L’entreprise prévoit de construire une usine à Lovech d’ici à 2023 et d’ouvrir 1 000 postes de travail. Les voitures électriques e.GO sont petites, parcourant près de 200 km avec une seule charge de batterie, et leur prix de départ est de 26 000 €.

Le ministre a rejeté les allégations selon lesquelles l’ancien gouvernement GERB serait à l’origine de l’investissement, comme l’ancien Premier ministre Boyko Borissov l’avait affirmé plus tôt le même jour.

M. Petkov a annoncé qu’environ 2 milliards d’euros d’investissements potentiels pourraient être réalisés dans les mois à venir dans un certain nombre de secteurs à forte valeur ajoutée. 602 lettres d’entreprises étrangères ayant l’intention d’investir et de coopérer ont été envoyées au ministère de l’Économie au cours des cinq semaines qui ont suivi l’entrée en fonction du gouvernement intérimaire.

La plupart des lettres proviennent du Royaume-Uni, des États-Unis et de l’Allemagne, principalement dans le domaine des appareils médicaux, des systèmes de capture du carbone, des solutions de stockage de l’électricité, des entreprises de haute technologie pour les produits de l’industrie spatiale et autres.

Une grande entreprise américaine qui fabrique des systèmes de capture du carbone a montré un intérêt sérieux pour investir dans le pays. De même, une entreprise liée à l’industrie spatiale a annoncé qu’elle souhaitait produire des composants pour petits satellites en Bulgarie.

« Dans le domaine de l’espace, nous avons eu l’occasion de discuter avec l’Agence spatiale européenne. Leurs représentants viendront dans notre pays en septembre pour évaluer nos capacités dans ce domaine. Les meilleurs amplificateurs radio pour l’envoi de signaux entre la Terre et l’espace appartiennent à une entreprise bulgare, nous avons battu les Américains et les Japonais », a déclaré M. Petkov.

Selon le ministre, « l’objectif est d’attirer des acteurs comme Google et Amazon ». Il a toutefois insisté sur le fait que la Bulgarie ne devait pas seulement être une destination pour les grandes entreprises multimilliardaires, mais aussi pour les petites et moyennes entreprises.

Automobile : l’électrification menace 100 000 emplois dans le secteur industriel

La France prévoit la fin des moteurs thermiques en 2040. Mais la Commission européenne pourrait accélérer le calendrier. Quelles conséquences pour l’emploi ?Voici quelques éléments de réponses.

Subscribe to our newsletters

Subscribe