La Commission envisage de sortir la Grèce de la procédure de déficit excessif

Pierre Moscovici [Consilium]

La Commission européenne demandera bientôt la fin de la procédure de déficit excessif de la Grèce, suite à l’accord conclu entre Athènes, ses créanciers et l’Eurogroupe sur la prochaine tranche d’aide. Un article d’Euroefe.

« Il n’y a pas de raison de repousser encore plus la décision de sortir la Grèce de la procédure de déficit excessif, ainsi nous soumettrons cette proposition ces prochaines semaines », a déclaré le commissaire en charge des affaires économiques et financières, Pierre Moscovici.

Pour le commissaire, il est temps que les partenaires de la Grèce « reconnaissent les efforts réalisés par le pays pour mettre fin à la procédure de déficit excessif », et cela se fera dans un avenir très proche.

La Commission européenne n’avait jusque-là pas encore proposé la clôture de cette procédure, qui met les pays sous surveillance et prévoit même des amendes pour ceux qui ont un déficit supérieur à 3 % du PIB, c’est-à-dire considéré comme excessif. Pourtant, Athènes avait réussi en 2016 à passer d’un déficit de 5,9 % à un excédent budgétaire de 0,7 %.

Le Grèce enregistre un excédent primaire étonnement élevé en 2016

En 2016, la Grèce a enregistré un excédent primaire de 3,9 % du PIB, a indiqué son agence de statistiques, Elstat. Une nouvelle fondamentale pour les négociations de réformes à venir entre Athènes et ses créditeurs.

Clôturer la seconde révision du plan de sauvetage

L’exécutif européen attendait pour cela que la Grèce et les créanciers parviennent à un accord pour clôturer la seconde révision de son programme de sauvetage et donnent le feu vert à un nouveau versement. Chose faite durant l’Eurogroupe du 15 juin dernier.

« Nous ne voulions pas interférer dans cette discussion nous espérions aussi que des décisions soient prises sur la trajectoire des finances publiques grecques et sur la viabilité de la dette », a indiqué Pierre Moscovici.

Ce dernier estime que l’accord montre que le pays a « retrouvé la confiance de ses partenaires » après avoir fait des efforts « particulièrement impressionnants » ayant permis une reprise de l’économie.

La Grèce, qui a adopté un grand nombre de réformes y compris des coupes budgétaires dans les retraites et des hausses d’impôts pour pouvoir continuer à recevoir l’aide européenne, enregistrera une croissance économique de 2,1 % cette année et de 2,5 % en 2018, selon les prévisions de la Commission.

Athènes a même dépassé ses objectifs budgétaires et devrait atteindre son objectif d’excédent primaire (avant impôt) de 3,5 % à la fin du plan de sauvetage en 2018.

Compromis entre Berlin et le FMI sur la Grèce

Les créanciers de la zone euro se sont entendus sur un prêt de 8,5 milliards d’euros à la Grèce, qui permettra au pays d’honorer des échéances cruciales cet été, et lui ont fourni des pistes en vue d’un possible allègement de sa dette en 2018.