La corruption dans le secteur de la santé inquiète le Conseil de l’Europe

[EPA-EFE/FILIP SINGER]

L’organe du Conseil de l’Europe chargé de la prévention de la corruption met en garde contre les risques de corruption accrus générés par l’épidémie de Covid-19 dans le secteur de la santé, appelant les Etats à un maximum de transparence.

« L’éruption de l’épidémie de Covid-19 accroît les risques de corruption » et le secteur de la santé y est particulièrement exposé « du fait de l’urgence des besoins immédiats de fournitures médicales et de la simplification des règles relatives aux passations de marché, de services médicaux surchargés et de personnel médical surmené », s’inquiète le Groupe d’États contre la Corruption (Greco) du Conseil de l’Europe, qui publie des directives pour ses 50 Etats membres.

La France se dote d’un plan anticorruption après les critiques du Conseil de l'Europe

Critiquée au niveau européen pour les manquements de sa lutte anticorruption, la France a annoncé le 9 janvier un plan triennal de lutte visant à renforcer les mesures de prévention au sein de son administration.

Le président du Greco, le Croate Marin Mrcela, souligne que la conjonction d’une situation d’urgence, d’une concentration du pouvoir, de dérogations en matière de droits et de libertés et de l’injection de sommes considérables dans l’économie pour atténuer la crise constituent un cocktail à risque pour la corruption.

Les pratiques de corruption peuvent toucher les secteurs public et privé et prendre différentes formes: pots-de-vin dans les services connexes au secteur médical, conflits d’intérêt et rôle du lobbying dans la recherche et développement (R&D) de nouveaux produits, commercialisation de produits médicaux de contrefaçon…

Dans ce contexte, le Greco appelle les pouvoirs centraux mais aussi régionaux et locaux au maximum de communication et de transparence sur leurs décisions et rappelle qu’elles doivent pouvoir faire l’objet d’un contrôle. Les Etats doivent également protéger les lanceurs d’alerte dans le secteur de la santé.

Réunissant aujourd’hui les 47 Etats membres du Conseil de l’Europe, le Bélarus, le Kazakhstan et les États-Unis, le Greco a été créé en 1999 pour améliorer la capacité de ses membres à lutter contre la corruption.

La corruption du gouvernement slovaque irrite le Conseil de l'Europe

Aux yeux du Conseil de l’Europe, la Slovaquie devrait adopter des mesures pour endiguer la corruption dans son gouvernement. Selon un rapport de l’institution, le cadre juridique slovaque est trop faible.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER