La discipline budgétaire s’invite au Sommet pour l’emploi

Chômage: une jeunesse qui coule. Foto: Rainer Sturm/pixelio.de

Les questions liées à l’assouplissement de la discipline budgétaire souhaité par Paris et Rome ont monopolisé l’attention lors de la troisième grande réunion européenne sur la lutte contre le chômage.

Une vingtaine de dirigeants européens, dont François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil italien Matteo Renzi, se sont retrouvés dans la deuxième ville d’Italie pour accélérer les processus engagés l’an dernier en faveur de l’emploi, des jeunes en particulier.

>>Lire : Le sommet pour l’emploi à Milan veut débloquer une mécanique grippée

Pour contrer le fléau qui touche 23,3% des moins 25 ans dans la zone euro, Paris a demandé que l’enveloppe de six milliards d’euros accordée l’an dernier, dont une grande partie n’a pas été versée, passe à 20 milliards d’ici 2020.

>>Lire aussi : Le coup de pouce européen pour l’emploi des jeunes

« Mais, avant de parler de nouveaux financements, encore faut-il que les fonds dégagés soient consommés », a déclaré le président français lors de la conférence de presse finale.

La chancelière allemande a insisté elle aussi sur la mise en oeuvre des décisions et le déblocage des sommes déjà engagées.

« Actuellement, le problème n’est pas qu’il n’y a pas assez d’argent, le problème est d’accéder aux caisses », a-t-elle souligné, invitant par ailleurs à former les jeunes aux nouvelles technologies pour accéder aux « emplois du futur ».

Relance de la croissance

Au-delà du problème spécifique de l’emploi des jeunes, François Hollande a insisté sur la relance de la croissance, indispensable à la création d’emplois.

Un message lancé à quelques semaines de l’installation, le 1er novembre, de la nouvelle la Commission européenne, dont le président, Jean-Claude Juncker, a promis un plan de relance de 300 milliards d’euros sur les trois prochaines années pour lutter contre le chômage.

« Il faut ajuster le rythme des politiques budgétaires par rapport à l’enjeu de la croissance », a dit le président français dès son arrivée à Milan.

>>Lire : François Hollande demande à l’UE de patienter sur la question du déficit

« Aujourd’hui, c’est elle qui est menacée et donc c’est vers elle que nous devons nous tourner parce que nous sommes tous concernés », a-t-il ajouté, laissant entendre que l’Allemagne devait elle aussi favoriser un réveil de l’économie continentale.

La France, comme l’Italie, sont menacées de réprimandes de la Commission, l’une pour ne pas avoir réussi à ramener le déficit public à la limite européenne de 3% fin 2015, l’autre pour endettement excessif.

« La France a dit qu’elle respecterait ses engagements et je n’ai aucune de raison de douter que l’Italie ne fera pas de même », a dit Angela Merkel. « Nous avons pris ces décisions il y a peu de temps donc je ne doute pas que chacun aura à coeur de prendre ses responsabilités ».

Front franco-italien

La chancelière a souligné que son pays prenait « toute une série de décisions (…) dans le sens d’un renforcement de la demande intérieure », citant notamment l’instauration d’un salaire minimum.

Matteo Renzi a quant à lui émis des doutes sur des règles du type de celle des 3%, « prises il y a 20 ans, avant internet ».

Montrée du doigt à Bruxelles, « la France fait en sorte de respecter ses engagements et d’utiliser toutes les flexibilités qui sont prévues », a assuré François Hollande, ajoutant à l’adresse de son hôte, social-démocrate comme lui : « Nous regardons avec intérêt ce que fait l’Italie, comme l’Italie regarde ce que fait la France avec beaucoup d’affection ».

Le président français a saisi l’occasion de ce rendez-vous européen pour faire un point sur les réformes engagées, à commencer par celles liées au projet de loi sur la croissance.

« Nous sommes à la veille d’une rencontre très importante entre partenaires sociaux sur la modernisation du dialogue social, sur les seuils qui parfois peuvent entraver la création d’emplois et d’une manière générale sur une amélioration de tout ce qui peut faciliter l’emploi et notamment l’emploi des jeunes », a-t-il dit. « C’est par rapport à ces réformes (…) que devons envisager de poursuivre les réformes structurelles ».

es chefs d'État de l'UE avaient convenu en février 2013 du lancement de l'initiative « Emploi des jeunes » de 6 milliards d'euros afin qu'elle devienne pleinement opérationnelle d'ici le 1er janvier 2014.

Lors d'un sommet de juin 2013, ils se sont mis d'accord pour dégager 8 milliards d'euros - dont 6 milliards dès février - en vue de remédier au chômage endémique. La somme est disponible sur une période de deux ans en 2014 et le restant serait disponible pour la durée du cadre financier pluriannuel sur sept ans.

Un programme de Garantie pour la jeunesse, mis en place par tous les États membres en fonction des besoins nationaux, s'appliquera aux jeunes sans emploi depuis plus de quatre mois. Il vise à leur donner une véritable chance de poursuivre des études et de trouver un emploi, un apprentissage ou un stage de formation.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.