La place de Paris bénéficie du Brexit

Paris, nouvelle place forte de la finance. [Shutterstock]

Les géants de la finance accélèrent les préparatifs, et la place parisienne a déjà remporté l’adhésion de plusieurs grandes banques. De quoi se placer comme la première place de trading européenne post-Brexit, selon le Financial Times, relayé par notre partenaire, La Tribune.

Ce n’est ni Bercy ni Paris Europlace, l’association de promotion de la place, qui le disent, mais le Financial Times. La bible de la City affirme dans son édition du lundi 1er octobre que « Paris est en passe de triompher comme le hub de trading en Europe post-Brexit ». Le quotidien financier britannique estime que la capitale française ressortirait en effet comme la grande gagnante de la course à la relocalisation des activités des banques en vue de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne fin mars 2019.

« Si vous demandez à la plupart des personnes du secteur, le choix numéro un est Paris », selon le patron d’une grande banque d’investissement qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat auprès du FT. Il ajoute même que le coût du travail est désormais aussi bas qu’au Royaume-Uni.

Le Financial Times affirme que le gigantesque gestionnaire d’actifs américain BlackRock ainsi que JP Morgan Chase, la plus grande banque américaine en termes d’actifs, rejoindraient prochainement Bank of America et Citigroup qui ont déjà fait ce choix.

Le gouvernement français déroule le tapis rouge à la finance post-Brexit

Le Premier ministre a dévoilé de nouvelles mesures pour séduire les milieux financiers qui s’interrogent sur leurs plans après la sortie du Royaume-Uni de l’UE, lors d’un dîner organisé au Quai d’Orsay avec le gratin du secteur. Un article de notre partenaire, la Tribune.

Le mois dernier, le numéro un mondial de la gestion d’actifs et des fonds indiciels, qui a été fortement courtisé par les autorités françaises, a annoncé avoir reçu le feu vert de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour créer une société de gestion alternative en France, où il a déjà des bureaux. Selon le quotidien britannique, qui cite des officiels, 70 sociétés de gestion d’actifs, grandes et petites, ont demandé une licence pour opérer depuis Paris.

L’effet Macron

Devançant Francfort, qui faisait jusqu’ici office de favori pour accueillir le plus grand nombre d’emplois dans la finance en provenance de Londres, et Dublin, envisagé comme une première option naturelle, de par sa proximité linguistique et géographique, Paris gagnerait « une récompense précieuse, en raison des emplois et des taxes » que rapportent les activités de courtage. La capitale française avait déjà marqué des points lorsqu’elle avait été choisie en novembre 2017 pour accueillir le siège de l’Autorité bancaire européenne (EBA), qui a choisi de s’installer dans le quartier de La Défense.

Si Paris apparaît désormais comme la place financière la plus prisée pour les relocalisations, c’est grâce à « la sophistication des régulateurs français » mais aussi parce que les patrons des grandes banques auraient plutôt vu d’un bon œil l’élection d’Emmanuel Macron et de sa politique favorable aux entreprises, selon Christian Noyer, cité par le Financial Times. L’ancien gouverneur de la Banque de France estime que l’« effet Macron » aurait permis de faire pencher la balance du côté de la place financière de Paris, qui s’était lancée dans une vaste opération séduction.

« Je recueille plusieurs remarques dans le secteur financier. Ils me disent: ‘Nous avons un problème que nous n’arrivons pas à résoudre’. Lorsque je me tourne vers le gouvernement, ils répondent : ‘Trouvons une solution’. Et cette réaction vient de Macron lui-même », raconte au quotidien britannique Christian Noyer, chargé de faire campagne pour Paris dans le secteur de la finance.

Deux ans après le Brexit, où en sont les relocalisations vers Paris ?

Les transferts de banquiers depuis Londres annoncés suite au référendum du 23 juin 2016 tardent à se matérialiser, tandis que l’Autorité bancaire européenne prépare son déménagement à Paris pour mars prochain. Un article de notre partenaire, La Tribune

Plusieurs grands établissements ont déjà affirmé leur préférence pour Paris comme place financière européenne alternative à la City de Londres après le Brexit.

En mars dernier, les Echos a révélé que la banque d’investissement américaine Morgan Stanley, qui emploie actuellement 120 banquiers à Paris, prévoyait d’accroître ses effectifs, avec environ 80 postes supplémentaires (créés ou transférés à Paris), tandis qu’en juin, Goldman Sachs a annoncé qu’il comptait transférer « plusieurs dizaines de banquiers » à Paris, où il emploie une centaine de personnes. Bank of America Merrill Lynch, Wells Fargo, Citi et JP Morgan ont également vanté les mérites de la ville et du pays depuis l’élection d’Emmanuel Macron.

HSBC, qui souhaite également anticiper les effets du Brexit, avait annoncé début août dans un communiqué qu’il avait décidé de rattacher ses activités européennes à sa filiale française (avec le transfert du contrôle de sept succursales européennes), qui devrait ainsi voir croître son bilan de près de 13 milliards d’euros d’ici à 2019.

Cependant, la première banque européenne, qui avait promis de transférer 1 000 emplois à Paris avant un changement de management, n’a pour l’instant rien annoncé de concret de grande ampleur et n’a réalisé que quelques recrutements.

Le Brexit coûte plus cher que l'UE

Le Brexit coûte plus cher à Londres que sa participation à l’UE. Soit 560 millions d’euros par semaine. Et le soutien des conservateurs à leur gouvernement faiblit.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.