La politique de Cohésion sur la sellette au sein du prochain budget européen

Des États membres de l’UE souhaitent baisser le taux qui permet d’allouer un budget à l’Europe pour la période 2021-2027. Ce sont les aides de la politique de cohésion dans les régions qui trinqueraient. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Allons-nous vers un budget européen amputé de quelques milliards ? L’Allemagne, l’Autriche, la Suède, les Pays-Bas et le Danemark ont demandé que le budget de l’Union européenne (UE) ne représente plus que 1 % du revenu national brut des 27 États membres (post-Brexit). Le budget 2021-2027 proposé en mai dernier par la Commission correspond à 1,11 % du revenu national brut de l’UE à 27. Cela fait 1 279 milliards d’euros de moins.

Cette proposition introduit une réduction de 10 % du financement de la politique de Cohésion. La présidence finlandaise du Conseil de l’UE viserait même un budget de 1,06 % du revenu national brut de l’UE à 27. Ce qui supposerait des réductions de 60 à 70 milliards d’euros, réductions supplémentaires qui pèseraient sur la politique de cohésion (environ 25 milliards d’euros)…

La politique de Cohésion ? C’est un apport essentiel pour les Régions ! Pour exemple, le Fonds européen pour le développement régional (Feder) et le Fonds social Européen ont alloué 491 millions d’euros à la Bretagne pour la période 2014-2020.

Oettinger promet des coupes minimes dans les fonds de cohésion

Les fonds de cohésion subiront des coupes dans le prochain budget, mais elles seront limitées à « moins de 10 %, et probablement plus proches des 5 % », selon Günther Oettinger.

Si bien qu’on discutait ferme cette semaine à Bruxelles : la commission du développement régional (REGI) du Parlement européen et la commission de la politique de cohésion territoriale et du budget de l’UE (COTER) du Comité des Régions ont rencontré le commissaire Johannes Hahn, actuellement commissaire en charge de la politique régionale et surtout prochain commissaire européen au budget.

Pas de jeu de dupes

Pour le commissaire Johannes Hahn, pas de jeu de dupes quand il s’adresse aux élus du Comité des Régions : « J’entends dire que si l’Europe est défaillante, les États membres compléteraient ! Mais, je n’ai jamais vu faire cela. Surtout, ne demandez pas un taux plus faible (que celui proposé par la Commission), car cela ne sera jamais compensé par les États. Il faut suffisamment de fonds pour mettre en œuvre nos politiques. » Le Parlement et le Comité européen des Régions demandent un budget de 1,3 % du revenu national brut.

Il y a donc alliance avec la Commission. Younous Omarjee, eurodéputé LFI qui préside la commission REGI, et Isabelle Boudineau, vice-présidente de la Nouvelle Aquitaine et présidente de la COTER, reprennent la balle au bond : « Il est important que les Régions jouent un rôle de pression face aux États. Nous sommes dans des batailles concrètes pour sauver la politique régionale de l’UE. Il faut faire entendre raison au Conseil européen. Nous comptons sur les millions d’entreprises qui ont bénéficié des aides du Feder, les millions d’Européens qui ont obtenu un emploi avec les fonds de la Cohésion, les millions et les millions de citoyens européens attachés à la mise en œuvre de solidarités. »

>> Lire la suite sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.