La reconnaissance des compétences numériques, casse-tête pour les employeurs

Selon les données de l’OCDE, 60% des adultes dans les pays membres de l’organisation ont de faibles compétences numériques.

Les compétences numériques font défaut à de nombreux jeunes en recherche d’emploi. De multiples formations et certifications cherchent à combler ces lacunes, au risque parfois de brouiller les pistes.

Sans compétences numériques, point de salut dans le monde du travail :  la quasi-totalité des emplois créés aujourd’hui exige un minimum de connaissance en la matière. Or, les jeunes, paradoxalement, en ont peu, comme l’ont souligné les participants à  une conférence organisée par Expertise France le 15 novembre, à Paris.

« Il ne suffit pas d’utiliser une tablette pour maîtriser les compétences numériques », a rappelé Hervé Conan, directeur exécutif des Opérations d’Expertise France.

« En France, le conseil d’orientation de l’emploi est arrivé au constat que plus de la moitié des métiers vont être impactés par la transformation numérique », renchérit Odile Menneteau, directrice de mission au MEDEF.

Les compétences numériques couvrent un large champ de compétences liées aux usages d’internet, allant de la recherche et du traitement de l’information, à création de contenus, en passant par la maîtrise de ses données personnelles et la gestion des outils de communication du numérique.

Maîtriser cet environnement numérique est fondamental pour l’accès à de nombreux services de base, mais aussi à la recherche d’un emploi. « On demande ces compétences de base pour accéder à un service. Et quand on ne les a pas, on est marginalisé, non seulement sur le marché du travail, mais aussi dans la vie courante », détaille Borhene Chakroun, chef de la section jeunesse à l’UNESCO.

Un niveau de compétence faible

Selon les données de l’OCDE, 60% des adultes dans les pays membres de l’organisation ont de faibles compétences numériques. Au niveau européen, les chiffres de la Commission européenne font aussi état de lacunes généralisées. Ainsi, en France, 8% de la population active n’a aucune compétence numérique, 27% un niveau faible, tandis que 33% ont un niveau de base et 29% un niveau supérieur.

Les compétences numériques conditionnent l’accès à l'emploi des jeunes

Organiser une visioconférence, stocker des documents sur le cloud, trouver des informations fiables sur internet ou protéger ses données… Les compétences numériques sont devenues essentielles sur le marché du travail, notamment pour les jeunes.

Les 16-24 ans s’en sortent légèrement mieux puisque 82% ont des compétences numériques de base ou supérieures. Mais leur génération devra faire face à une demande croissante de la part des employeurs dans un futur proche.

Analphabétisme numérique ?

Pour augmenter le niveau moyen en compétences numériques, la question de la formation initiale et continue est centrale. « Comment introduire les compétences numériques dans les programmes de formation ? Les compétences sur la sécurité sont aujourd’hui par exemple très faiblement traitées dans la formation » explique Borhene Chakroun, qui craint par ailleurs que la généralisation des outils numériques ne créer des inégalités croissantes.

« Aujourd’hui, il y a beaucoup plus de formations pour les compétences spécialisées comme le codage , mais encore peu pour les compétences de base », assure Marieke Vandeweyer, économiste à l’OCDE.

Autre rouage, la formation des formateurs, eux-mêmes souvent en panne de compétences numériques. « Je ne suis pas sûre que les prescripteurs de l’orientation des jeunes soient toujours conscients de ces enjeux-là », ajoute Odile Menneteau, directrice de mission au MEDEF.

Des réponses multiples

Pour faire face aux besoins croissants en matière de formation aux outils numériques, les initiatives en Europe se sont multipliées. Le projet Compass mené par Expertise France dans 4 pays européens propose une plateforme gratuite de formation aux compétences numériques nécessaires à certaines professions.

« Dans le cadre de Compass, nous avons dû analyser quelles compétences numériques manquaient aux jeunes et quelles compétences numériques étaient attendues par les employeurs », détaille Muriel Santoro, cheffe de projet Compass chez Expertise France.

En Suède, un programme financé par Google permet de se former aux compétences de base, et délivre un certificat. En France, la Fédération de l’Assurance est en train de faire passer une certification numérique à l’ensemble de ses employés. « Mais une fois cette certification obtenue, comment la rendre transférable par exemple dans le cadre d’un nouvel emploi ? » interroge Odile Menneteau.

« La compétence numérique n’est pas innée chez les jeunes »

Née avec Internet, la génération Y n’a pourtant pas toujours les compétences numériques nécessaires aux emplois de demain. Une lacune à laquelle la formation en ligne peut apporter des réponses.

De fait, la multiplication des initiatives rend parfois le paysage difficile à décrypter. « Il y a une multiplication des certifications des compétences numériques. À terme, cela va poser un problème de lisibilité pour les employeurs. C’est d’ailleurs déjà le cas », reconnait Borhene Chakroun.

La question de l’harmonisation des compétences numériques va rapidement se poser, tant au niveau des employeurs que des organismes de formation. Certes, un cadre européen des compétences numériques pour les citoyens (DigComp) existe déjà, mais il ne dispose pas de la reconnaissance du cadre européen linguistique par exemple.

Et aucun diplôme ne sanctionne la maîtrise de ces compétences, comme il en existe pour les langues vivantes.  « Il y a des outils de certifications qui sont en train de se développer. Une certification du type TOEFL pour le numérique  sera peut-être une des réponses à apporter, notamment au niveau européen » reconnait Odile Menneteau.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.