La République tchèque considère l’UE comme un « distributeur automatique de billets », selon un économiste

Après 2030, le pays pourrait passer du groupe des bénéficiaires nets du budget de l’UE à celui des contributeurs nets. [Juraj Kovac/Shutterstock]

La République tchèque « presse » les fonds de l’UE et se présente à tort comme un « État pauvre », a déclaré l’économiste tchèque et membre du Comité économique et social européen (CESE) Petr Zahradník à EURACTIV République tchèque, ajoutant que « les fonds de l’UE sont perçus comme un distributeur automatique de billets auquel nous (les Tchèques) avons presque droit. »

« Malheureusement, même après 17 ans d’adhésion, ces fonds sont perçus comme une aide au développement pour un État pauvre, ce qui est faux depuis longtemps », a déclaré M. Zahradník.

« Nous exigeons que [les fonds de l’UE] soient accessibles de la manière la plus simple possible, et nous ne percevons pas, ou ne voulons pas percevoir, qu’ils puissent prendre une autre forme que les subventions directes », a ajouté l’économiste.

La République tchèque — l’un des pays de la cohésion de l’UE — n’a toujours pas appris à utiliser les autres aides financières de l’UE, telles que les garanties, les prêts ou les programmes gérés directement. « Nous sommes devenus prisonniers de l’approche que nous avons adoptée il y a 17 ans. Je crains que nous ne soyons pas en mesure de sortir seuls de ce cercle vicieux », a-t-il ajouté.

Selon M. Zahradník, la République tchèque devra subir un « traitement de choc » après 2027, car le PIB par habitant du pays atteindra probablement 100 % de la moyenne de l’UE. Cela signifie qu’après 2030, le pays pourrait passer du groupe des bénéficiaires nets du budget de l’UE à celui des contributeurs nets.

La République tchèque va nommer son cinquième ministre de la Santé depuis le début de la pandémie

Le ministre tchèque de la Santé, Petr Arenberger, qui était le quatrième à occuper le poste de ministre depuis le début de la pandémie, a annoncé sa démission mardi (25 mai), à la suite de la pression croissante exercée ces derniers jours sur les irrégularités dans sa déclaration financière.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer