La révolution numérique sera une « catastrophe écologique » si rien n’est fait, alerte un eurodéputé

L'UE a mis en place des plans pour s'attaquer à la fois aux défaillances du numérique et aux problèmes environnementaux au cours de la prochaine décennie et au-delà. [Shutterstock / PeachShutterStock]

La révolution numérique risque de nuire gravement à l’environnement en raison de l’impact des matériaux qu’elle nécessite et la législation européenne doit donc veiller à ce qu’elle soit respectueuse de l’environnement, a déclaré l’eurodéputé David Cormand lors d’un événement sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) vertes, mardi 14 juin.

L’événement en ligne a réuni des acteurs du numérique et de l’environnement pour discuter de la manière dont le secteur du numérique pourrait accélérer la transition écologique, mais les préoccupations étaient nombreuses quant aux retombées environnementales de la numérisation.

«  Pour l’instant, cette révolution est catastrophique, une catastrophe écologique parce que tous les objets connectés ont besoin de beaucoup, beaucoup, beaucoup de choses pour cela, et pour l’instant, nous n’avons pas de normes permettant d’avoir une économie circulaire avec cela  », a déclaré M. Cormand.

Le rapporteur sur la question d’un marché unique durable pour la commission du Marché intérieur et de la Protection des consommateurs (IMCP) a ajouté que si la transition écologique est une nécessité vitale, la transition numérique est un instrument.

Il est temps, a ajouté M. Cormand, «  de décider quelle révolution numérique nous voulons. Si nous faisons une révolution numérique dans la situation actuelle, ce ne sera pas une solution pour la planète. Ce sera le contraire.  »

La Commission européenne expose les valeurs et les principes de l’UE à l’ère numérique

La Commission européenne a présenté mercredi 26 janvier un projet de déclaration sur les droits et principes numériques qui viendra compléter les objectifs numériques que l’Europe souhaite atteindre d’ici 2030.

Lutter contre les défaillances du numérique

L’UE a mis en place des plans pour s’attaquer aux défaillances du numérique et aux problèmes environnementaux au cours de la prochaine décennie et au-delà. Néanmoins, les intervenants aux côtés de M. Cormand ont souligné l’importance d’examiner les impacts potentiellement néfastes d’un changement sur l’autre.

«  La transition numérique peut entrer en conflit avec la transition écologique  », a déclaré Ilias Iakovidis, conseiller de la Commission européenne pour les aspects numériques de la transition écologique, ajoutant que «  chaque détail de la numérisation doit être conçu en tenant compte du caractère durable.  »

«  Il n’est pas évident que la numérisation des systèmes énergétiques ou de l’agriculture vous donnera un avantage en termes de durabilité  », a déclaré M. Iakovidis. «  Il y a un éventail et des conditions très spécifiques dans lesquels vous avez un triple enjeu : économique, social, environnemental.  »

Il sera essentiel de veiller à ce que ces conditions-cadres soient développées, rendues mesurables et guident à la fois les décideurs politiques et les institutions financières pour garantir que les retombées en termes de durabilité soient obtenues, a-t-il ajouté.

M. Iakovidis a ajouté qu’il s’agit là de l’objectif de la Coalition européenne pour le numérique vert, un groupe d’entreprises du secteur des TIC qui ont signé l’année dernière un engagement à soutenir les deux objectifs de transition de l’UE.

Au-delà des grandes entreprises, l’implication des PME est cruciale pour assurer les transitions écologique et numérique, a déclaré Véronique Willems, secrétaire générale de SMEunited.

En ce qui concerne les aspects financiers de ces transitions, elle a déclaré qu’il serait essentiel de clarifier les détails des objectifs pour 2030 de part et d’autre, notamment pour ce qui est des montants qui devraient être investis à ce stade et à l’avenir.

S’assurer que les charges liées à l’établissement de bilans ne soient pas trop importantes sera un autre élément pour stimuler la participation des PME, a ajouté Mme Willems. Néanmoins, d’une manière générale, un soutien accru doit être apporté à ces entreprises pour faciliter leur contribution.

Elle a également souligné l’importance de répertorier les compétences et les exigences de la transition écologique actuelle et future afin de s’assurer que les gens disposent d’une formation adéquate pour un environnement de travail de plus en plus numérisé.

L’année dernière, l’UE s’est particulièrement attachée à combler le déficit en compétences numériques, depuis le lancement en 2021 des objectifs de la Décennie numérique de la Commission, qui visent à renforcer les compétences spécialisées des travailleurs du secteur des TIC et les aptitudes plus générales de la population dans son ensemble.

Transition numérique : les données révèlent des situations très différentes entre les pays de l'UE

La Commission européenne a fixé un certain nombre d’objectifs pour la transition numérique des États membres dans le cadre de la « Boussole numérique » pour 2030, et les indicateurs annuels, publiés le 12 novembre, ont montré des résultats mitigés à travers le bloc.

Des progrès inégaux

Les progrès accomplis dans la réalisation de ces objectifs n’ont pas été uniformes, certains pays étant plus performants que d’autres, et des observateurs ont averti que des mesures supplémentaires seraient probablement nécessaires pour que les objectifs soient atteints avant la date butoir de 2030.

«  Si vous voulez effectuer cette transition et si vous voulez vraiment changer les choses dans la vie réelle, alors vous devrez investir davantage et apporter un soutien plus important aux petites et moyennes entreprises  », a déclaré Mme Willems.

Il existe de nombreuses façons pour les PME du secteur des TIC d’intégrer la durabilité dans leurs modèles commerciaux, a fait remarquer M. Iakovidis. Ainsi, elles peuvent collaborer avec des entreprises de reconditionnement et des fabricants pour permettre la revente de produits, contribuant ainsi à une économie plus circulaire et réduisant les déchets de produits.

La construction d’une économie circulaire devrait être une priorité absolue, a-t-elle déclaré, ajoutant que c’est «  là que le numérique peut vraiment montrer le pouvoir de découpler notre économie de l’utilisation toujours croissante des ressources naturelles.  »

«  C’est la priorité que nous devons exploiter, en nous assurant que nous minimisons l’effet rebond.  »

Subscribe to our newsletters

Subscribe