L’Allemagne mise sur son « alliance pour la transformation » pour stimuler la numérisation

La première réunion, qui s’est principalement concentrée sur la transition énergétique dans le pays, comptait également des questions de politique numérique au programme. [EPA-EFE/FILIP SINGER]

Les dirigeants politiques et économiques allemands ont donné le coup d’envoi de l’« Alliance pour la transformation », une initiative clé du nouveau gouvernement de coalition axée sur la protection du climat, la durabilité et la numérisation pour changer l’économie du pays.

L’alliance a été créée à partir d’un « dialogue avec les entreprises, les syndicats et les associations » afin de discuter de « conditions cadres stables et fiables pour la transformation », est-il annoncé dans l’accord de coalition entre les trois partis au pouvoir, le parti social-démocrate, les Verts et le parti libéral FDP.

« De grands changements nous attendent », a déclaré le chancelier Olaf Scholz lors de la première réunion de l’alliance mardi (14 juin). Le gouvernement fédéral est « fermement convaincu que nous ne pourrons y parvenir ensemble que si nous établissons des liens entre nous et si nous nous concertons sur ces défis ».

Des ministres fédéraux, comme le ministre de l’Économie et du Climat Robert Habeck, ainsi que des représentants d’associations d’entreprises et de syndicats ont assisté à la réunion.

Allemagne : l'économie de l'internet progresse malgré la guerre en Ukraine

L’industrie numérique allemande a continué de croître malgré la guerre de la Russie en Ukraine, bien que l’incertitude dans le secteur et auprès des clients reste élevée, selon un récent rapport publié par l’association numérique eco.

Les objectifs

L’alliance a pour objectif de rendre l’Allemagne plus compétitive au niveau mondial et de fixer le cap du virage numérique et écologique afin que l’Allemagne soit « à l’avant-garde en matière de transition numérique », a déclaré M. Scholz.

La première réunion, qui s’est principalement concentrée sur la transition énergétique dans le pays, comptait également des questions de politique numérique au programme.

« Nous attendons beaucoup de l’État, notamment en matière de numérisation. Elle peut contribuer à atténuer la pénurie de travailleurs qualifiés, à ralentir le réchauffement climatique et à renforcer l’Allemagne en tant que lieu d’innovation et de production », a déclaré Steffen Kampeter, directeur général de la Confédération des associations d’employeurs allemands, au journal Deutsche Presse-Agentur avant la réunion.

Il est prévu que l’alliance se réunisse deux à quatre fois par an pour discuter des questions d’actualité liées à la transformation économique.

Les partis au pouvoir se sont déjà mis d’accord sur des projets concrets dans l’accord de coalition. Parmi ceux-ci figure la création d’un fonds de transformation au sein de la banque publique d’investissement et de développement KfW afin d’aider les entreprises à investir dans la voie de la neutralité climatique. En outre, davantage de capital privé doit être activé pour les projets de transformation.

Les questions numériques ont récemment été au cœur de l’élaboration des politiques allemandes.

Les législateurs du Bundesrat ont ainsi adopté l’ordonnance sur les données de mobilité et l’ordonnance sur les télécommunications minimales.

Par ailleurs, l’ambitieuse stratégie relative aux start-up, dont le projet a été présenté début juin, s’appuie notamment sur le pouvoir d’innovation des entreprises technologiques.

Conservation des données : l'Allemagne souhaite une approche plus ciblée et limitée dans le temps

Afin de cibler les cas circulation en ligne de matériel pédopornographique, la ministre allemande de l’Intérieur, Nancy Faeser, s’est prononcée en faveur de la sécurisation des adresses IP des ordinateurs.

Un tournant ?

La semaine dernière, M. Scholz a annoncé un « tournant dans la politique numérique » en Allemagne.

« Le gouvernement allemand investira massivement dans la numérisation au cours des prochaines années : dans les infrastructures, avec par exemple l’extension à l’échelle nationale de la fibre optique et des réseaux mobiles », a déclaré M. Scholz dans son discours au festival numérique Re:publica le 9 juin.

Il a également évoqué le renforcement de la souveraineté numérique de l’Allemagne. « Je pense, par exemple, aux puces et aux semi-conducteurs, dont la pénurie ralentit actuellement l’industrie en Allemagne et dans le monde », a-t-il déclaré.

M. Scholz a également alerté, lors de son discours, que l’Allemagne était en retard en matière de numérisation dans l’ensemble de son administration, indiquant que des mesures seraient bientôt prises pour remédier à ce problème.

Subscribe to our newsletters

Subscribe