Le chômage en France toujours plus élevé qu’en zone euro

Le taux de chômage de la zone euro est à son plus bas depuis mai 2009, selon Eurostat. La France ne parvient pas à passer sous la moyenne, malgré un léger recul du chômage en 2016,

Sur les 28 États membres, seuls deux ont connu une hausse du chômage entre février 2016 et février 2017: le Danemark et la Lituanie. Dans le reste de l’UE, la tendance à la baisse s’est généralisée malgré de fortes disparités entre les États membres.

À titre d’exemple, le chômage en République tchèque et en Allemagne se situe respectivement à 3,4 % et 3,9 % en février de cette année contre 23,1 % en Grèce et 18 % en Espagne, selon les chiffres d’Eurostat publiés le 3 avril.

Avec un taux de chômage de 9,5 %, la zone euro a atteint son pourcentage de chômage le plus bas depuis mai 2009, dans la foulée de la crise économique. La France a quant à elle enregistré une baisse plus modeste de 0,2 point sur la même période, mais ne passe pas en dessous de la barre des 10 %.

Espoirs dans l’UE

Selon un sondage Eurobaromètre publié en juillet 2016, 83 % des Français souhaitent une plus grande action de l’Union européenne dans la lutte contre le chômage, soit un peu plus que la moyenne européenne, alors de 77 %.

« Le chômage des jeunes est encore trop élevé et l’augmentation des emplois précaires amène de plus en plus de personnes à douter de la mission fondatrice de l’UE, celle d’amener une plus grande prospérité à travers la coopération économique », avait alors réagi Thomas Händel, président de la commission emploi du Parlement européen.

En juillet dernier, les eurodéputés ont adopté une résolution afin de mettre à jour le budget à long terme de l’UE pour mieux lutter contre le chômage des jeunes. Le 27 mars, 1,2 milliard d’euros supplémentaires ont été réservés pour renforcer l’initiative pour l’emploi des jeunes pour 2017-2020.

En parallèle, d’autres initiatives ont été prises au niveau européen. Avec sa stratégie « Europe 2020 », Jean-Claude Juncker se concentre sur la mobilité des jeunes, l’éducation et l’inclusion sociale et espère ainsi sortir 20 millions de personne de la pauvreté.

Plus d'information