Le déficit budgétaire français pourrait atteindre 7 % du PIB

Conseil des ministres en video conférence, à l'Elysée, le 19 mars 2020. EPA-EFE/LUDOVIC MARIN / POOL MAXPPP OUT

Le plan de relance a déjà commencé en France. Le déficit budgétaire pourrait atteindre 7 % du PIB en 2020.

Le président Emmanuel Macron a annoncé que 5 milliards d’euros sur 10 ans seraient alloués à la recherche, lors d’une visite à l’Institut Pasteur le 10 mars.

Avant le confinement, plusieurs universités et centres de recherche étaient déjà en grève en raison de la baisse des financements prévue par la réforme du secteur. Une réforme suspendue comme l’ensemble des autres projets en cours, qu’il s’agisse de l’assurance-chômage, des retraites, ou des aides au logement.

La contraction de l’économie française pourrait atteindre -5 % cette année, selon les estimations de l’économiste Eric Chaney, interrogé par l’Institut Montaigne. Selon la banque américaine Morgan Stanley, l’économie européenne devrait reculer de 5 %, et l’économie française de 4,8 %.

Eric Chaney évoque une contraction de 15 % de l’activité au second trimestre de l’année pour la France. Un recul qui pèsera sur les ressources de l’Etat, qui n’arrête pas par ailleurs d’annoncer des plans de soutien à divers secteurs.

Au total, cela représenterait 45 milliards d’euros distribués à l’économie française, selon les dires du Premier ministre Edouard Philippe.

L’UE s’inquiète des dettes françaises, italiennes et espagnoles

La réduction de la dette publique devrait rester une priorité pour la France, l’Italie et l’Espagne, des pays qui ont échoué à « remettre leurs finances sur le bon chemin » au cours de la reprise économique des dernières années.

Selon le groupe de réflexion, le déficit budgétaire pourrait atteindre 7 % du PIB cette année. La  dette française représente 100 % du PIB, ce qui rend toute dette supplémentaire délicate à gérer, même si l’extrême faiblesse des taux baisse considérablement le prix de la dette d’Etat.

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé un plan de rachat de dette massif, d’une valeur de 750 milliards d’euros. Ce rachat devrait encore alléger le niveau des taux d’intérêt et soutenir les banques, notamment les plus exposées à la dette italienne – qui montre des sérieux signes de faiblesse, comme la dette grecque en 2008.

La création de dette commune en euro ne convainc personne

La Commission européenne tente de soumettre aux 27 l’idée de création de titres de dette commune, qui auraient un risque zéro selon l’exécutif européen.

 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.