Le nombre de femmes dans les conseils d’administration des entreprises belges a quadruplé, selon une étude

Le nombre de femmes dans les conseils d’administration est passé de 8,2 % à 34,1 % entre 2008 et 2020, selon une étude de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes. [Shutterstock/fizkes]

Une loi de 2011 obligeant les entreprises belges à ce que au moins un tiers des membres des conseils d’administration soient des femmes ou des hommes semble porter ses fruits puisque la proportion de femmes dans ces fonctions a quadruplé entre 2008 et 2020 dans le pays, selon une étude récente.

Le nombre de femmes dans les conseils d’administration est passé de 8,2 % à 34,1 % entre 2008 et 2020, selon une étude de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes.

« Les chiffres de l’Institut démontrent encore une fois toute l’efficacité des quotas. Il y a 10 ans, la Belgique a emprunté la bonne direction pour plus d’égalité entre les femmes et les hommes ce qui nous place aujourd’hui dans les bons élèves de la classe européenne. Les chiffres nous montrent que nous devons à présent concentrer nos efforts sur la féminisation des comités de direction. Cette directive est une belle opportunité pour avancer en ce sens », a déclaré la secrétaire d’État belge pour l’Égalité des sexes, l’Égalité des chances et la Diversité, Sarah Schlitz.

Des quotas ont été introduits en 2011 pour les entreprises en Belgique afin qu’au moins un tiers des membres des conseils d’administration des entreprises publiques autonomes, de la Loterie nationale et des entreprises privées cotées en bourse soient des hommes ou des femmes. Alors que deux tiers des entreprises concernées par la loi répondaient à ses exigences en 2017, ce chiffre est passé à 98,2 % en 2020.

L’étude a été publiée alors qu’une proposition de la Commission européenne sur l’augmentation du nombre de femmes dans les conseils d’administration des entreprises, qui ne nécessite que l’approbation du Parlement européen, a reçu le feu vert du Conseil.

La proposition fixe un objectif de 40 % pour les postes de directeurs non exécutifs occupés par des membres du sexe sous-représenté et un objectif de 33 % pour tous les postes de directeurs, y compris les directeurs exécutifs et non exécutifs, d’ici 2027.

«  Le Conseil de l’UE vient d’apporter son soutien à la directive #Womenonboards. J’ai porté la voix de la Belgique pour soutenir ce texte en attente depuis 2012 ! Il prévoit de renforcer la place des femmes dans les CA mais aussi dans les comités de direction des entreprises.  », a écrit jeudi sur Twitter Mme Schiltz, qui avait déclaré en mars que son pays avait déjà atteint l’objectif de la proposition.

Dans l’ensemble, les États membres de l’UE ont progressé vers une plus grande égalité entre les genres dans les conseils d’administration des entreprises, même si des efforts restent encore necessaires.

Bien que neuf États membres aient introduit une loi sur les quotas dans les conseils d’administration des entreprises, à l’instar de la Belgique, les plus grandes sociétés cotées de l’Union ne comptaient que 30,6 % de femmes dans leurs conseils d’administration en 2021, avec des chiffres inégaux selon les États pouvant varier de 45,3 % en France à 8,5 % à Chypre.

Subscribe to our newsletters

Subscribe