Le Parlement européen interpelle Draghi sur les créances douteuses

Le président de la BCE, Mario Draghi au Parlement européen.

La Banque centrale européenne doit impliquer les eurodéputés dans le processus de décision sur les nouvelles directives concernant les créances douteuses dans le secteur bancaire de la zone euro, réclame le président du Parlement européen.

La BCE a présenté la semaine dernière des propositions consistant à imposer dès 2018 aux banques de la zone euro d’augmenter leurs provisions sur leurs nouvelles créances douteuses.

Elle pourrait aussi dévoiler dès le début de l’année prochaine de nouvelles dispositions concernant le stock actuel de créances douteuses.

L’Italie, dont les banques détiennent près de 30 % des 915 milliards d’euros de créances douteuses de la zone euro, a réagi avec colère à ces propositions qui pourraient contraindre ses établissements à de nouvelles provisions. Elle a demandé à la BCE d’assouplir ses projets à l’issue d’une consultation publique courant jusqu’au 8 décembre.

L'UE et Rome s'accordent sur les créances douteuses italiennes

Après plus d’un an de négociations, Rome et l’Union européenne sont parvenus à un accord pour aider les banques italiennes à faire face à leurs créances douteuses qui les fragilisent et freinent la reprise en Italie.

Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, lui-même italien, se dit « profondément inquiet » de la manière dont ces initiatives sont prises.

« Je m’interroge sérieusement sur le fait de savoir si des obligations spécifiques supplémentaires (…) peuvent être imposées sur des entités supervisées sans impliquer de manière appropriée les colégislateurs dans le processus de décision », écrit-il dans une lettre adressée à Mario Draghi et publiée mardi dans la presse italienne.

« Je vous exhorte à prendre toutes les mesures pour garantir que les prérogatives du Parlement en tant que colégislateur sont dûment respectées, afin d’éviter un litige entre institutions sur cette question », ajoute-t-il.

L'UE peine à calmer la panique qui se saisit des banques italiennes

Plusieurs dirigeants italiens et européens se sont voulus rassurants mercredi sur la situation bancaire en Italie, où les valeurs des établissements financiers s’effondrent depuis le début de la semaine à la Bourse de Milan.

Subscribe to our newsletters

Subscribe