Le scandale du lait pour bébé Lactalis prend une tournure européenne

[RomeoLu_Shutterstock]

Le lait en poudre contaminé aux salmonelles pourrait avoir été distribué dans d’autres pays que la France. Des eurodéputés s’en inquiètent.

La distribution de lait pour nourrissons contaminé aux salmonelles par Lactalis rebondit au niveau européen.  Deux eurodéputés français ont en effet saisi la Commission européenne par le biais d’une question écrite, un mois après le début du scandale.

L’affaire a été effet été révélée le 1er décembre. Or les ventes de lait contaminé ne se sont pas arrêtées immédiatement, puisque plusieurs supermarchés ont continué à les vendre après cette date. Lactalis étant le premier groupe laitier au monde, les élus se demandent si des lots ont pu atteindre le marché européen voire mondial.

« Le problème, c’est qu’on ne sait pas grand-chose », s’irrite Eric Andrieu, pour qui ce nouveau scandale sanitaire, après le fipronil dans les œufs,  ou la viande brésilienne, est une nouvelle manifestation d’un problème du capitalisme exacerbé. «  Et le reflexe de gérer la crise au niveau européen n’est pas intervenu, donc on pourrait avoir envoyé des boites de lait contaminé partout » déplore l’élu.

L’eurodéputé Guillaume Balas a demandé à l’exécutif européen s’il avait été informé par les autorités françaises, et à quelle date, mais aussi si la Commission européenne comptait prendre des mesures dans le cadre du Rapid Alert System for Food and Feed [système d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et aliments pour animaux].

Les agriculteurs européens réclament une chaîne alimentaire plus équitable

Les coopératives agricoles appellent la Commission à accroître la transparence dans la chaine d’approvisionnement alimentaire. Et à promulguer une loi européenne pour protéger les producteurs alimentaires des pratiques commerciales déloyales.

Le gouvernement français a reconnu des dysfonctionnements majeurs dans la gestion de cette crise, alors que des dizaines de bébés sont tombés malades en décembre, après la découverte du problème. N’ayant pu se mettre d’accord avec Lactalis, le gouvernement a ordonné le retrait de la vente de certains lots.

Mais selon le président de l’association des familles de victimes, 65 pays pourraient potentiellement être concernés, les 600 lots ayant été interdits à la vente en France, et représentant 11 000 tonnes de lait en poudre, ayant pu potentiellement être écoulés ailleurs.

« C’est ce qui arrive quand l’industrie est trop concentrée et trop puissante, on ne peut plus la contrôler » regrette Eric Andrieu.

L’usine de Mayenne, à l’origine de la diffusion de ces salmonelles, a été fermée jusqu’à nouvel ordre selon le ministre de l’agriculture. Une enquête préliminaire a été ouverte au parquet de Paris.

Le président de Lactalis était convoqué par le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, vendredi à Bercy.

La crise sans fin du prix du lait européen

Les producteurs de lait européens se sont rassemblés devant le siège de la Commission, à Bruxelles, pour exiger des mesures pour la sécurité de leurs revenus, face aux crises à répétition du secteur.

Du côté de la filière lait, durement touché ces deux dernières années, l’inquiétude a déjà ressurgi, l’arrêt d’une usine risquant de peser sur les prix.

Au Parlement européen, les élus Guillaume Balas et Eric Andrieu réclament des mesures exceptionnelles de soutien à la filière en raison de la crise de confiance qui risque de se développer.

 

Contexte

Question écrites posées à la Commission européenne

 

1) La Commission européenne a-t-elle été informée d’un risque sanitaire, au niveau européen, par les autorités françaises ? Si oui, à quelle date ?

 

2)      Quelles actions la Commission européenne compte-elle prendre dans le cadre du Rapid Alert System for Food and Feed (RASFF) pour coordonner les mesures des États membres face à ce nouveau scandale sanitaire?

 

3)      En ce qui concerne les conséquences économiques pour la filière laitière, la Commission a-t-elle déjà reçu de la France une demande de mobilisation de l'article 220 du règlement (UE) no 1308/2013 qui prévoit des mesures exceptionnelles de soutien en faveur du marché, afin de tenir compte de graves perturbations du marché liées à une perte de confiance des consommateurs en raison de l'existence de risques pour la santé publique  ?