Les pays européens en tête de la reprise économique mondiale

[@EPA/ANDY RAIN]

Avec un horizon politique qui se dégage progressivement, les pays de l’Union européenne sont aujourd’hui les principaux bénéficiaires de la reprise mondiale, d’après une étude de la Coface.

Le baromètre du 3e trimestre 2017 publié par la Coface, la compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur, indique une reprise de la croissance, particulièrement en Europe où les récentes victoires des partis pro-européens ont profité à l’économie.

La remontée inattendue de l'euro, un risque pour la croissance?

Some European exporters are beginning to worry about the strengthening euro which has rebounded from near parity with the dollar after Donald Trump’s election, though analysts see little immediate risk to growth.

Alors que les étés 2015 et 2016 avaient été marqués par le krach boursier chinois et par le Brexit, l’été 2017 a été relativement calme. Les économistes de la Coface indiquent que la reprise se confirme dans les pays de la zone euro, notamment portés par les secteurs de l’automobile et par l’industrie pharmaceutiques, plus sûrs que jamais pour les investisseurs. Le pouvoir d’achat dans la zone est également en hausse, soutenu par une inflation modérée de 1,5% en août.

Le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) est également porteurs de croissance. Le baromètre conclut que ce secteur est « un facteur clé pour l’investissement, car il se développe rapidement ».

Londres espère entamer les discussions post-Brexit avec l’UE

Le quatrième cycle de négociation qui a débuté le 25 septembre sera celui de la dernière chance pour Londres de faire avancer les négociations vers la question de l’après-Brexit avant le Conseil d’octobre.

Le rapport établit un lien direct entre la reprise des pays de la zone euro et  la stabilité politique qu’ils traversent. Les victoires d’Emmanuel Macron en France et de la chancelière Angela Merkel en Allemagne rassureraient les investisseurs et les places financières.

La situation des pays anglo-saxons est en revanche plus inquiétante, selon les économistes.

Le Brexit en négociation empêche les milieux financiers d’adopter des stratégies à long terme, et la croissance anglaise est sur le déclin. De 1,5 % en 2017, elle devrait s’établir à 1,2 % en 2018, toujours selon les estimations de la Coface.

La consommation des ménages anglais souffre d’une inflation significative de près de 3 % au mois d’août 2017. De plus, le baromètre indique que « L’immigration nette du pays a baissé de 25% en une année, notamment en raison de moindres arrivées européennes », attestant d’une baisse d’attractivité du pays.