L’Espagne mise sur le « passeport vert » de l’UE pour sauver la saison estivale

L’Espagne fonde ses espoirs sur le « passeport vert » approuvé par l’UE et sur les vaccins pour sauver la nouvelle saison estivale, après une année 2020 catastrophique pour le secteur hôtelier. Un article d’Euroefe. [Tommie Hansen/Flickr]

L’Espagne fonde ses espoirs sur le « passeport vert » approuvé par l’UE et sur les vaccins pour sauver la nouvelle saison estivale, après une année 2020 catastrophique pour le secteur hôtelier. Un article d’Euroefe.

Et les perspectives pour la saison de Pâques s’annoncent sombres : des sources du secteur ont souligné mercredi (24 mars) qu’elles s’attendaient à n’atteindre que 20 % du chiffre d’affaires total qu’elles avaient en 2019.

Pendant la haute saison en Espagne (juin à septembre) de 2019, le pays avait accueilli 37,67 millions de voyageurs. Un an plus tard, l’impact du nouveau coronavirus avait considérablement réduit ce chiffre à seulement 6,3 millions.

En janvier dernier, l’Espagne a accueilli 432 362 touristes, soit 89,5 % de moins qu’au cours du même mois de 2020.

Le tourisme et tous les services qui lui sont directement – ou indirectement- liés constituaient 12,4 % du PIB de l’Espagne en 2019, soit l’équivalent de 155 milliards d’euros.

Mais, le secteur a été fortement touché par la crise. À ce jour, 900 000 travailleurs sont couverts par des plans de licenciement temporaire (ERTE), la plupart dans les secteurs du tourisme et de l’hôtellerie.

Au plus fort de la crise sanitaire, en mars-avril 2020, près de 4 millions de travailleurs dépendaient des ERTE. Les personnes bénéficiant du dispositif ERTE sont officiellement considérées comme employées, et non comme « chômeurs ».

Le Portugal œuvre pour reprendre les voyages intra-européens « dès que possible »

Le ministre portugais de l’Économie et de la Transition numérique a déclaré lors d’un entretien avec les ministres européens du Tourisme que Lisbonne proposerait des mesures visant à « reprendre les voyages intra-européens dès que possible ».

Sauver des emplois dans le secteur

Conformément aux ERTE, l’État espagnol couvre 70 % de l’ancien salaire des travailleurs et interdit aux sociétés de limoger leurs employés. En cas de fraude ou de licenciement, les entreprises sont contraintes de restituer les cotisations sociales sous peine de lourdes sanctions.

Cependant, malgré les efforts affichés depuis avril 2020 par le gouvernement socialiste pour stopper l’« hémorragie » dans le secteur, il y a déjà eu une faillite (celle de l’agence de voyage Pullmantur) et la liste des entreprises demandant des aides publiques pour survivre s’allonge de jour en jour.

Avec encore beaucoup d’obstacles économiques à surmonter, le secteur place désormais presque tous ses espoirs dans le « passeport vert » : la solution miracle pour tenter de sauver la saison d’été 2021, en particulier aux Canaries et aux Baléares, mais aussi sur la Costa del Sol, destinations privilégiées des touristes britanniques et allemands.

Selon des sources du secteur citées par Cinco Días, de nombreuses entreprises ont entamé une offensive diplomatique (discrète) auprès du gouvernement espagnol, exhortant l’exécutif socialiste à faire pression sur Bruxelles et à accélérer la mise en œuvre dudit certificat de vaccination.

Les réformes prévues par les plans de relance nationaux sont insuffisantes, selon Bruxelles

La Commission européenne estime que de nombreux pays européens n’ont pas encore trouvé le bon équilibre entre les réformes et les investissements dans le cadre de leurs plans de relance. Certains se concentrent fortement sur les seconds au détriment des premières. Un article d’Euroefe.

7,5 millions de touristes en jeu cet été

Cependant, l’Espagne se heurte à la résistance de la France, qui ne veut pas rendre la vaccination obligatoire, et de Berlin, réticente à l’idée de partager les données des citoyens allemands avec le monde extérieur.

Les entreprises du secteur touristique espagnol ont fait savoir au gouvernement qu’il était important de mettre en place un « passeport sanitaire européen » bien avant le début de la saison estivale. Selon leurs estimations, quelque 7,5 millions de voyageurs pourraient être concernés cette année.

Les estimations des réservations pour l’été traitées à la mi-mars par plusieurs agences de voyages et hôtels espagnols montrent une baisse de 70 % par rapport à 2019.

Les sources consultées par la presse économique espagnole ont souligné qu’une mise en œuvre rapide du « passeport vert paneuropéen » pourrait être un coup de pouce pour attirer les touristes, même si les chiffres de 2019 demeureront hors d’atteinte.

Le Portugal fera "tout" pour garantir un passeport sanitaire d'ici à juin

S’il obtient le feu vert des pays, ce passeport numérique devrait entrer en vigueur avant l’été pour permettre au secteur du tourisme, l’un des plus touchés par la pandémie, de se rétablir.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer