L’Europe lance un accélérateur de startups dans la data

Ce programme vise à aider une cinquantaine d'entreprises qui s'intéressent au potentiel économique et aux enjeux des données.

L’Europe veut faciliter les rapprochements économiques entre les grands groupes et les jeunes entreprises innovantes dans le domaine des données, notamment grâce à un fond d’un montant de 7 millions d’euros. Un article de notre partenaire, La Tribune.

L’Europe s’investit dans les jeunes entreprises innovantes. Un accélérateur de startups appelé Data Pitch financé en grande partie par la Commission européenne se lance ce lundi 10 avril. Selon le site officiel, Data Pitch s’adresse « aux organisations qui veulent explorer des approches sur l’innovation ouverte avec des données ».

Un groupe d’entreprises demande une réduction d'impôts pour favoriser les startups

La pénurie chronique de financements pour les jeunes entreprises innovantes en Europe va les entraîner à chuter derrière les concurrents mondiaux, a déclaré un groupe de lobby d’affaires qui souhaiterait que les gouvernements soutiennent l’entreprenariat à travers des avantages fiscaux.

Un fond de 7,1 millions d’euros

Après une première initiative similaire considérée comme fructueuse en 2014, La Commission européenne s’est engagée à alimenter un fonds de 7,1 millions d’euros pour des projets spécialisés dans les données dans les trois prochaines années. Le programme Data Pitch doit ainsi permettre à une cinquantaine de startups et de petites et moyennes entreprises de lever des sommes à hauteur d’environ 100.000 euros. Selon le site spécialisé Techcrunch, les entrepreneurs pourraient bénéficier notamment de séances de conseils et d’accompagnement réalisées par des mentors ou encore de l’accès à des données du secteur privé et public. Dans un communiqué, la Commission a rappelé que :

« L’ambition est de créer un écosystème d’innovation pour l’Europe, où des grands groupes peuvent travailler avec des jeunes entreprises ‘agiles » pour innover et apprendre les uns des autres, en utilisant des données comme levier pour résoudre les problèmes. »

Cette initiative s’inscrit dans un plus large programme européen d’innovation et de recherche débuté en 2014 et appelé « Horizon 2020 ». Le projet doit être encadré entre autres par l’université de Southampton, l’Open Data Institute ou la plateforme française Dawex, spécialisée dans la monétisation et l’acquisition des données « sans intermédiaire pour les entreprises et les acteurs publics ».

L’Europe se dote de capacités de superinformatique

Sept États européens ont annoncé une initiative commune pour acquérir et déployer des ordinateurs à très haute performance, un projet que la Commission européenne compare à Airbus ou Galileo.

Des enjeux économiques et sociétaux

Les priorités mises en avant dans le programme d’accélération concernent des secteurs précis tels que :

  • les smart cities
  • l’alimentation et l’agriculture
  • la santé et le bien-être
  • le commerce de détail
  • les données personnelles
  • l’eTourisme
  • la finance et les télécoms

Des hackathons orientés sur la réutilisation des données (« Datathons ») sont prévus durant les semaines à venir pour mieux définir les enjeux de ce programme et participer à ce vaste mouvement européen. :

« A l’ère du numérique, chaque organisation privée ou publique, petite ou grande, génère ses propres jeux de données. Aucune d’entre elles n’a la possibilité d’utiliser ces données de manière efficace. […] Nous voulons mettre en place un modèle d’innovation ouverte et l’appliquer à l’échelle européenne. Nous voulons associer les esprits d’entreprise les plus créatifs dans les 28 pays et les aider à relever des défis avec des données pour les sujets qui comptent pour l’économie, l’environnement, la science et la société toute entière », a déclaré la professeure de science informatique a l’université de Southampton et directrice du programme d’accélération Elena Simperl.

Les entreprises qui souhaitent postuler doivent remplir certains critères :

  • être inscrit auprès de la Commission européenne,
  • avoir moins de 250 employés,
  • avoir un chiffre d’affaires de moins de 50 millions d’euros
  • seules les sociétés individuelles sont acceptées, les consortiums ne sont pas autorisés
  • les États éligibles sont membres de l’Union européenne

Une porte-parole de la Commission européenne a déclaré que les entreprises du Royaume-Uni pouvaient postuler au programme de financement et d’accélération. Si cette initiative a été saluée par des acteurs du numérique, les montants engagés, très modestes, manquent toutefois d’ambition face à l’importance des enjeux.

Infos pratiques : un premier appel à projets est ouvert du 1er juillet au 31 août 2017. Un deuxième appel à projets doit avoir lieu au cours de l’été 2018. Les entreprises les plus convaincantes doivent être sélectionnées en octobre et novembre 2017. Le programme d’accompagnement doit débuter en décembre 2017 pour une durée de six mois.

Le secteur informatique pousse l’UE et la Chine à lever les barrières commerciales

A l'occasion du sommet UE-Chine, le secteur du numérique pousse l’UE à avancer sur la levée des barrières commerciales sur les produits informatiques avec la Chine.  Une façon de sortir les négociations en cours à l’OMC de l'impasse.