L’Italie lance un revenu de citoyenneté pour les plus démunis

Luigi Di Maio, chef de file du M5S, est l'instigateur de la mesure du revenu de citoyenneté en Italie. EPA-EFE/ANGELO CARCONI

Les Italiens peuvent demander depuis le 6 mars le revenu de citoyenneté, mesure phare du Mouvement 5 étoile pour les chômeurs et contre l’exclusion sociale. Un article d’Euroefe.

Le revenu de citoyenneté consiste en une aide économique d’un maximum de 780 euros par mois. Le parti antisystème, au pouvoir aux côtés de la Ligue d’extrême droite le définit comme « une mesure de politique du travail active, de lutte contre la pauvreté, l’inégalité et l’exclusion sociale. »

Pour y être éligible, trois critères sont nécessaires : ne pas avoir plus de 6 000 euros sur son compte en banque, en cas de résidence secondaire, elle ne doit pas dépasser une valeur de plus de 30 000 euros, et le revenu et patrimoine du candidat ne doit pas dépasser plus de 9 360 euros par an.

Les bénéficiaires devront être prêts à commencer à travailler immédiatement, et suivre un processus personnalisé de réinsertion sur le marché du travail, pouvant inclure des services à la communauté ou une formation.

L’actu en capitales: La Pologne, ligne de fraction aux européennes

L’actu en capitales récapitule l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

Les Italiens pourront faire la demande par Internet ou dans les bureaux de poste. Une fois que la sécurité sociale aura examiné leur dossier et le respect des critères, la somme sera versée sur une carte spéciale, à partir du mois de mai.

Les organismes publics où les demandes pourront être déposées ont appelé au calme pour éviter une grande affluence. Les demandes peuvent être réalisées jusqu’au 31 mars et leur validation n’est pas soumise à des critères de temps.

L’attribution de ce revenu de citoyenneté sera associée à un processus de réinsertion professionnelle et sociale et le bénéficiaire de la subvention devra accepter un « Pacte pour l’emploi », qui l’obligera à se connecter quotidiennement sur une plateforme informatique sur laquelle seront publiées différentes offres d’emploi.

Le bénéficiaire devra accepter l’une des trois premières offres d’emploi proposées en fonction de sa formation professionnelle, de la distance entre son domicile et son emploi et de la durée de son chômage.

Le revenu ne s’adressera pas seulement aux chômeurs, mais sera également accordée aux personnes de plus de 67 ans en situation de pauvreté et, dans ce cas, prendra le nom de « pension de citoyenneté ».

Le ministre du Développement économique et chef de file du M5S, Luigi Di Maio, a défendu cette mesure parce que, selon lui, « elle aidera les gens à se former, à trouver un emploi et à redevenir actifs dans la société ».

Le revenu de citoyenneté, inspiré d’autres expériences, comme celle de la Finlande, qui l’a récemment suspendu, vise à faciliter la rencontre entre l’offre et la demande d’emploi et à promouvoir ainsi l’inclusion sociale.

Le gouvernement finlandais renonce au revenu universel

La Finlande a été le premier pays à mener une expérience nationale sur le revenu universel de base. Mais les premiers résultats ne sont pas concluants selon le ministre des Finances, dont la parti conservateur a décidé d’enterrer le sujet.

L’Institut national des statistiques estime que la mesure symbole du M5S touchera quelque 2,7 millions de personnes et offrira un bénéfice annuel moyen de 5 053 euros à ces familles.

Le revenu sera de 500 euros par mois pour une personne seule sans revenu (6 000 euros par an) et, si elle vit dans un logement loué, 290 euros par mois seront ajoutés, tandis qu’une famille avec deux adultes au chômage et enfants mineurs recevra 1 050 euros par mois.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.