L’Italie remet à flot Monte Paschi en injectant 5,4 milliards d’euros

La banque de Sienne est la plus vieille banque commerciale du monde encore en activité. Quatrième banque du pays, elle avait échoué à lever 5 milliards d'euros d'argent frais sur les marchés financiers en décembre dernier. [Sean X Liu/Flickr]

Le sauvetage de la banque toscane était suspendu à la validation de la BCE et à la vente des créances douteuses. Pour obtenir cette aide de l’État italien, la banque de Sienne a dû accepter un nouveau modèle d’affaires, recentré sur les particuliers et les PME. Un article de notre partenaire, La Tribune.

La Toscane peut respirer : la quatrième banque italienne, et la principale de la région, l’historique Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS), la plus vieille banque commerciale au monde encore en activité, va bien être renflouée par l’État. La Commission européenne avait donné son feu vert de principe il y a un mois à cette « recapitalisation préventive » sous forme d’aide publique, qui s’élèvera à 5,4 milliards d’euros, un peu moins que les 6,6 milliards envisagés initialement.

Il ne restait que deux obstacles à lever et c’est chose faite : la Banque centrale européenne (BCE) a confirmé que Monte Paschi était solvable (la condition sine qua non d’une remise à flot par l’argent des contribuables italiens) et la banque a obtenu l’engagement ferme d’investisseurs privés d’acquérir la totalité de ses 26,1 milliards de créances douteuses.

« Nous avons autorisé, conformément aux règles de l’UE, l’injection de capital dans BMPS par l’État italien, qui aidera la banque à faire face à ses besoins en capital si la situation économique venait à se détériorer de manière inopinée », a commenté la commissaire à la concurrence, Margrethe Vestager dans un communiqué.

Polémique sur le sauvetage public des banques italiennes

L’Allemagne estime que la Commission ne devrait pas valider l’aide d’État de 17 milliards d’euros pour liquider les banques vénitiennes. L’Espagne souligne que le cas de Banco Popular a été réglé sans argent public. Un article de notre partenaire, La Tribune.

Privatisation partielle mais temporaire

Cette « recapitalisation préventive », nécessaire après l’échec de l’augmentation de capital de 5 milliards d’euros tentée en décembre dernier sur les marchés, a été autorisée à plusieurs conditions : la mise à contribution du privé (actionnaires et créanciers), selon le principe du « partage de fardeau », et des engagements de restructuration interne.

Les détenteurs d’obligations de rang inférieur et les actionnaires de la banque ont « mis la main à la poche à hauteur de 4,3 milliards d’euros » comme l’écrit la Commission, sous la forme d’une conversion d’obligations en fonds propres et d’une dilution des parts des actionnaires existants. Cependant, les petits porteurs de ces obligations « junior » (au rendement plus élevé mais plus risquées car n’étant pas remboursées en priorité en cas de pépin) qui ont subi une conversion forcée pourront prétendre à une indemnisation, qui pourrait atteindre au total 1,5 milliard d’euros.

En parallèle, Monte Paschi a cédé certaines activités, ce qui lui a permis de récolter 500 millions d’euros. L’État injectera le solde manquant, en échange d’actions BMPS à tarif préférentiel : il détiendra in fine 70% du capital de la banque, dans le cadre d’une opération qui revient à une nationalisation partielle. Mais temporaire a assuré le président de la banque, Alessandro Falciai : l’État aurait vocation à sortir du capital d’ici à 2021.

Le ministre de l’Economie italien, Pier Carlo Padoan, a détaillé pendant une conférence de presse que le Trésor souscrirait à une augmentation de capital à hauteur de 3,9 milliards d’euros et rachèterait des obligations pour 1,5 milliard. La recapitalisation totale de la banque s’élèvera à 8,1 milliards d’euros. BMPS vendra pour plus de 28 milliards de prêts non-performants d’ici au premier semestre 2018.

Bruxelles donne son feu vert à la recapitalisation de Monte dei Paschi

L’Italie et la Commission européenne se sont accordées sur le renflouement de la banque Monte dei Paschi, qui devrait bénéficier d’une injection de plusieurs milliards d’euros.

Recentrage et fermeture d’agences

Outre l’assainissement drastique de son bilan, la banque de Sienne, créée en 1472, qui détient une part de 7,1% du marché italien, a accepté, « afin d’assurer sa viabilité à long terme, [de] réorienter son modèle économique », vers la clientèle de détail (c’est-à-dire les particuliers) et les petites et moyennes entreprises, souligne la commissaire européenne. Les dirigeants de la banque italienne ont aussi pris des engagements de plafonnement de leur rémunération à 10 fois le salaire moyen des employés. Le plan de réorganisation sur cinq ans prévoit également de renforcer la gestion du risque de crédit. La banque détaillera ce plan mercredi matin : la presse italienne évoque entre 5 000 et 6 000 suppressions d’emploi sur 25 000 et la fermeture de 400 agences sur plus de 1 800 dans toute l’Italie.

La cotation des actions Monte Paschi, qui ont perdu près de 90% de leur valeur l’an dernier, est suspendue depuis le mois de décembre.

Cette aide publique intervient quelques jours après le sauvetage de deux petites banques vénitiennes, Banca Popolare di Vicenza et Veneto Banca, reprises pour euro symbolique par Intesa Sanpaolo, mais dont le coût est évalué à 17 milliards d’euros pour l’État italien.

Des stress tests plus durs l'an prochain pour les banques

L’Autorité bancaire veut appliquer des règles plus strictes sur les créances douteuses, les amendes et les turbulences de marchés comme chocs à encaisser par les établissements de l’Union. Les événements récents dans le secteur lui donnent raison. Un article de notre partenaire, La Tribune