L’UE récompense les efforts budgétaires grecs

Le commissaire Moscovici a annoncé que la Grèce sortait de la procédure pour déficit excessif.

En annonçant mercredi la clôture prochaine de la procédure de déficit excessif contre la Grèce, la Commission européenne récompense ses récentes bonnes performances économiques. Mais Athènes n’en a pas pour autant fini avec son énorme dette.

« C’est un moment très symbolique pour la Grèce. Après tant d’années de sacrifice du peuple grec, le pays récolte enfin le fruit de ses efforts », s’est félicité le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici.

La Grèce « est maintenant prête » à « tourner la page de l’austérité et à ouvrir un nouveau chapitre de croissance, d’investissement et d’emploi », a-t-il ajouté.

La croissance grecque s'effondre sous le coup de l’austérité

Le  gouvernement grec a drastiquement réduit ses prévisions de croissance pour 2017, dans la foulée des nouvelles mesures d’austérité imposées par ses créanciers.

Une procédure de déficit excessif permet à la Commission européenne de mettre sous surveillance les pays qui ne respectent pas les critères de convergence de la zone euro. Ils peuvent in fine se voir infliger une amende, ce qui n’est pour l’instant jamais arrivé.

La Grèce, dont le déficit public dépasse depuis plusieurs années et très largement la limite des 3 % du PIB fixée par les traités, avait été placée sous le coup de cette procédure en 2009.

Mais elle est parvenue, au prix de lourdes réformes, à dégager en 2016 un excédent budgétaire de 0,7 % du PIB, selon les derniers chiffres de l’UE.

La Commission européenne a donc décidé mercredi de « recommander la clôture » de la procédure aux 28 ministres européens des Finances, qui devraient officiellement la valider après les vacances d’été.

Cette décision, qui était attendue, « est un autre signal positif de la stabilité financière et de la reprise économique dans le pays », s’est réjoui le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis.

 « Renforcer la confiance »

L’annonce de la Commission intervient un mois à peine après l’accord conclu entre les créanciers de la Grèce — zone euro et Fonds monétaire international (FMI)- en vue de relancer le plan d’aide de 86 milliards d’euros qui lui avait été accordé en juillet 2015.

Ce plan, qui court jusqu’en août 2018, doit permettre à la Grèce de faire face (du moins en partie) à sa dette colossale, qui atteint toujours près de 180 % de son PIB.

Après des tractations de plusieurs mois, une nouvelle tranche de prêts de 8,5 milliards d’euros a pu être débloquée. Elle servira surtout à rembourser des obligations arrivant à échéance à la mi-juillet.

Mais le gouvernement de gauche d’Alexis Tsipras n’a pas obtenu satisfaction sur sa demande de restructuration de la dette, qui a été renvoyée par les créanciers à la fin du programme actuel sous la pression surtout de l’Allemagne.

La Grèce, qui ne se maintient à flot que grâce aux prêts internationaux, ambitionne, en attendant, de faire prochainement son retour sur les marchés d’emprunts, dont elle est absente depuis l’éclosion de la crise de la dette en 2010, à l’exception de deux incursions-tests relativement réussies en 2014.

Le FMI insiste sur l’allègement de la dette grecque

Le FMI ne participera au renflouement de la Grèce que si la dette est jugée soutenable.Ce qui implique une restructuration, selon Christine Lagarde.

« J’invite la Grèce à tirer parti des réalisations accomplies et à continuer à renforcer la confiance dans son économie, importante pour préparer son retour sur les marchés financiers », a insisté M. Dombrovskis.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker doit se rendre jeudi à Thessalonique, dans le nord-est de la Grèce, pour y faire un discours et rencontrer le Premier ministre Alexis Tsipras.