L’UE révise sa stratégie industrielle et entend réduire sa dépendance à l’égard des pays tiers

Europe's GPS industry could benefit from the ITA deal to cut trade tariffs

Accélérer la transition numérique est l'un des objectifs qui figurent dans la version révisée de la stratégie industrielle de la Commission européenne. [Surrey County Council News/Flickr]

La Commission européenne a présenté une version révisée de sa stratégie industrielle proposée l’an dernier. Elle dit vouloir diversifier les chaînes d’approvisionnement et forger de nouvelles alliances industrielles, afin de réduire la dépendance de l’UE à l’égard des pays tiers. Un article d’Euractiv Italie.

Renforcer l’autonomie stratégique de l’UE, accélérer la transition verte et numérique, réduire la dépendance à l’égard des matières premières provenant d’autres pays, à commencer par la Chine. Tels sont les objectifs de la révision de la stratégie industrielle européenne présentée mercredi 5 mai.

Pour y parvenir, le document propose notamment un instrument d’urgence pour le marché unique « afin de garantir la libre circulation des personnes, des biens et des services en cas de crises futures ». L’objectif est d’éviter les blocages du trafic de marchandises et de la circulation des citoyens de l’UE, qui ont constitué une caractéristique de la pandémie et en particulier de la première vague.

La stratégie prévoit entre autres un soutien financier et des dispositions taillées sur mesure pour permettre aux PME et aux start-up de s’engager dans la transition écologique et numérique. La Commission entend aussi proposer un instrument destiné aux urgences au sein du marché unique, soit une solution structurelle pour garantir la libre circulation des personnes, des biens et des services en cas de crises futures. Cet instrument « devrait assurer plus de transparence et de solidarité et contribuer à pallier les pénuries de produits essentiels ».

La Commission européenne entend examiner les "progrès réels" dans sa prochaine stratégie industrielle

La Commission européenne entend inclure des indicateurs clés de performance (KPI) dans la mise à jour de sa stratégie industrielle attendue pour mars 2021, et ce dans le but d’évaluer la transformation de l’industrie européenne et sa résilience aux chocs de la Covid-19.

Secteurs critiques

La crise a rendu encore plus évidente « la nécessité d’analyser et de faire face aux dépendances stratégiques, qu’elles soient technologiques ou industrielles », stipule le document. La Commission a effectué une analyse fondée sur des données commerciales. Cette étude a montré que « sur 5 200 produits importés dans l’UE, il y en a[vait] 137 pour lesquels l’UE [était] fortement dépendante », surtout dans les secteurs à forte intensité énergétique (comme celui des matières premières) et dans les écosystèmes de santé (comme celui des substances actives pharmaceutiques), ainsi qu’en ce qui concerne d’autres produits importants pour soutenir la double transition verte et numérique. En outre, 34 produits (représentant 0,6 % de la valeur totale des importations de marchandises au sein de l’UE) sont potentiellement plus vulnérables, car les possibilités de diversification et de substitution par des produits de l’UE sont limitées.

De nouvelles alliances pour le numérique

Pour faire face à ces situations de dépendance, Bruxelles entend œuvrer à la diversification des chaînes d’approvisionnement internationales et forger des partenariats internationaux pour accroître la réactivité. Elle lancera également deux nouvelles alliances : l’une pour les processeurs et les technologies des semi-conducteurs, l’autre pour les données industrielles, les technologies EDGE et cloud. La Commission envisage également de créer une alliance pour les lanceurs spatiaux, ainsi qu’une autre pour un secteur de l’aviation à émissions nulles.

Afin d’accélérer la transition verte et numérique, l’UE entend établir un cadre réglementaire cohérent pour atteindre les objectifs européens de la décennie en matière numérique et réaliser les ambitions du paquet de mesures « Prêt pour le 55 % », en renforçant le déploiement des sources d’énergie renouvelables et en garantissant l’accès à une électricité abordable et décarbonée.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer