Macron remporte une victoire en demi-teinte sur le budget de la zone euro

Le Président français à Bruxelles le 14 décembre 2018. EPA-EFE/STEPHANIE LECOCQ

Pour la première fois, les 19 pays de la zone euro se sont accordés sur le principe de la création du budget dédié. Mais sans le mécanisme de stabilisation voulu par Paris, pierre angulaire du projet initial de Macron.

L’idée de la création d’un budget  spécifique pour la zone euro a été actée par les 19 chefs d’État et de gouvernement de la zone euro, lors du sommet européen qui s’est achevé à Bruxelles le 14 décembre.

L’accord des dirigeants est une première. Et une bonne opération pour le président français, qui a porté l’idée d’un budget dédié à la zone euro et réussi à convaincre au fil des mois un partenaire allemand par nature réticent sur la question.

« Ce Conseil européen a été celui des résultats sur plusieurs sujets où nous avions fait des propositions depuis plusieurs mois, notamment sur la zone euro » s’est félicité Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à l’issue du sommet. « Il y a un an, tout le monde pensait que cela était impossible » a rappelé le président.

Budget de la zone euro et Brexit au menu du dernier sommet européen de l'année

Les discussions autour de la création d’un budget de la zone euro devaient être le point phare du Conseil européen des 12 et 13 décembre. Mais le Brexit va une nouvelle fois jouer les troubles-fêtes.

« On avait jamais vu autant de progrès en si peu de temps », s’est aussi félicité le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.  Dans les conclusions adoptées par les dirigeants des 19 pays de la zone euro, un mandat clair est accordé aux ministres des Finances pour plancher sur la définition du futur pot commun.

Au sein de l’Eurogroupe, les ministres devront donc travailler sur la base de la proposition de la Commission européenne pour aboutir à une proposition de budget d’ici juin 2019, soit juste après les élections européennes qui se dérouleront fin mai.

Concrètement, tout reste à faire pour finaliser les contours du futur budget commun à la zone euro, le montant, les modalités de financement, le contour et l’échéance. Et l’idée franco-allemande de financer ce futur budget via la taxe numérique semble peu réaliste tant le projet est contesté parmi les États membres.

Faute de contenu, l’accord politique des 19 fait cependant figure de première victoire politique pour Emmanuel Macron.  « Depuis le discours de la Sorbonne il y a 15 mois, beaucoup a été fait, mais beaucoup reste à faire » a-t-il souligné.

« La France fera des nouvelles propositions pour faire avancer l’Europe, c’est comme ça que je procède depuis le premier jour, c’est comme ça que je continuerai à procéder », a déclaré Emmanuel Macron, en plaçant  la décision sur le budget de la zone euro au rang des victoires françaises sur le front européen, aux côtés de celles remportées su la directive sur les travailleurs détachés et le transport routier.

Pour autant, le principal objectif de Paris n’a pas été atteint : celui de mettre en place un mécanisme de stabilisation. «  La France continue de penser qu’il faut une fonction de stabilisation au sein de ce budget, il n’y a pas de convergence à ce sujet pour l’instant », a reconnu le président français. Et sans le volet stabilisation, le budget de la zone euro pourrait rater sa cible.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.