Mario Draghi: «L’euro est irréversible»

L'ancien gouverneur de la Banque d'Italie et actuel président de la BCE est convaincu que la monnaie unique est irréversible. [Banque centrale européenne/Flickr]

Malgré les craintes d’une nouvelle crise de la zone euro du fait de l’instabilité politique italienne, Mario Draghi, le président de la BCE est convaincu que la monnaie est « forte ». Un article de notre partenaire, La Tribune.

Dédramatiser. Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), a voulu relativiser les risques d’implosion de la zone euro évoqués sur fond d’instabilité politique en Italie. Depuis Riga, à la suite de la réunion de politique monétaire hors les murs de la BCE, « Super Mario » a confié sa confiance inébranlable dans la monnaie unique ce jeudi.

« L’euro est la monnaie de 340 millions de personnes et bénéficie à présent d’un soutien à hauteur de 74% parmi les citoyens de la zone euro. En outre, d’autres pays veulent rejoindre l’euro dès aujourd’hui », a argué Mario Draghi.

« Vous pouvez en tirez vos propres conclusions, mais l’une de ces conclusions est que [l’euro] est irréversible parce qu’il est fort, parce que les gens en veulent et parce que personne n’a rien à gagner à discuter de son existence », a-t-il ajouté.

Certains investisseurs redoutent que le nouveau gouvernement italien, constitué de partis populistes hostiles à l’euro, ne veuille sortir le pays de la monnaie unique.

« Nous ne devrions pas dramatiser trop les changements de politique », a estimé le banquier central, qui dirigea la Banque d’Italie de 2006 à 2011.

Plusieurs membres du gouvernement italien se sont employés ces derniers jours à rassurer les marchés en protestant de leur engagement envers la monnaie unique

Les eurosceptiques s'installent au pouvoir en Italie

Le premier gouvernement d’alliance entre un jeune mouvement antisystème et un parti d’extrême droite doit prêter serment le 1er mai à Rome, sous la direction de Giuseppe Conte, novice en politique, qui a promis une politique anti-austérité et sécuritaire.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.