Neelie Kroes milite pour une Commission plus « geek »

Neelie Kroes [Holger Rings/Flickr]

La vice-présidente de la Commission européenne en charge du numérique, Neelie Kroes, veut un nouvel exécutif européen composé de « commissaires pro-numériques ». Un engagement difficile à mettre en pratique, malgré le soutien de Jean-Claude Juncker.

L’actuelle commissaire en charge du numérique, Neelie Kroes ne veut plus de commissaires réfractaires au numérique au sein de la prochaine Commission européenne. Le 10 juillet, à l’occasion du lancement d’un site pour faire la promotion auprès des entreprises du « cloud computing » à Bruxelles, la commissaire sortante a appelé à ce que le nouvel exécutif européen, ainsi que les entrepreneurs passent en masse au numérique.

« Je voudrais voir le jour où chaque nouveau-né européen se verrait attribuer un certificat de naissance et une petite portion du « cloud » », en ajoutant que ses propos n’ont pas été validés par ses collègues.

Avant les européennes de mai dernier, Neelie Kroes a réussi à obtenir des trois principaux candidats à la présidence de la Commission européenne la promesse d’être des « présidents pro-numériques ».

Présidents pro -numérique

Mais si Jean-Claude Juncker, qui devrait être confirmé aujourd’hui à la tête de lala Commission européenne par les eurodéputés, promeut ?la thématique dans une campagne vidéo, personne ne sait à quoi pourrait ressembler une présidence pro-numérique dans la pratique.

//www.youtube.com/embed/D61kfyYMZ_A

Neelie Kroes a conseillé à M. Juncker de structurer les prochaines directions générales (DG) autour du numérique. Le numérique devrait être une stratégie à part entière de l’exécutif, peu importe le portefeuille, selon elle. À ses yeux, une telle approche demande un nouvel état d’esprit, mais ne nécessite pas de miracle non plus.

« Il importe que nous ayons un président pro-numérique en la personne de Jean-Claude Juncker, mais aussi [qu’il] mette sur pied un collège constitué intégralement de commissaires acquis au numérique, et pas seulement d’un seul qui reprendrait mon portefeuille » a expliqué la commissaire à EURACTIV.

Elle a prévenu qu’elle allait demander à Jean-Claude Juncker d’être très ferme afin de mettre sur pied une équipe entièrement numérisée. Problème : ce sont les États membres qui soumettent les commissaires et non l’exécutif européen qui les choisit directement.

Elle a souligné également que la présence de femmes commissaires particulièrement compétentes serait bénéfique pour la prochaine Commission. Par cette saillie, la Néerlandaise fait référence à une campagne lancée par les huit commissaires femmes. Elles ont dernièrement écrit au Luxembourgeois pour demander qu’au moins 10 portefeuilles soient assignés à des femmes.Ainsi, M. Juncker a demandé aux États membres de soumettre plus de candidates pour la Commission.

>>Lire : Jean-Claude Juncker recherche des candidates pour la Commission

Les PME, fer de lance dans la lutte contre le chômage

Neelie Kroes a assuré par ailleurs qu’un marché unique du numérique permettrait de diminuer le taux de chômage en Europe endémique qu’elle qualifie d’« attaque contre la démocratie ».

La Commission considère ainsi que les PME ont un rôle moteur à jouer dans la croissance économique européenne. L’Europe compte actuellement 20 millions de PME, mais celles-ci seraient plus lentes à adopter le « cloud computing ». Quelque 23 % des PME de moins 100 employés restent indécises ou sceptiques quant aux mérites de ce système.

Le nouveau site Internet de la Commission, Cloud Scout, vise à rassurer les PME  notamment sur les questions liées à la sécurité, la vie privée et la protection des données ainsi qu’à promouvoir les avantages liés au « nuage ». Le cloud permet de stocker des données sur Internet dans le cadre d’une infrastructure partagée.

Selon la Commission, si les entreprises adoptent en masse un système de « cloud computing », le produit intérieur brut européen pourrait augmenter de 160 milliards d’euros chaque année ce qui créerait environ 3,5 millions d’emplois nouveaux d’ici 2020.

« Le cloud offre aux organisations l’occasion de faire de fortes économies et d’enregistrer des croissances. Les PME sont la colonne vertébrale de l’économie, et il est par conséquent crucial de les convaincre d’utiliser le « cloud computing », a poursuivi la commissaire au numérique.

Nombre de PME ne se rendent pas compte que le « nuage » est en réalité plus sûr que les serveurs traditionnels. « En règle générale, le manque de savoir est la raison [de ce scepticisme face à cette nouvelle technologie. Cloud Scout est conçu pour aider les PME à mieux comprendre les avantages [liés au cloud], mais aussi pour les rassurer quant aux questions de sécurité informatique et de respect de la vie privée », explique Christian Illek, président de Deutschland sicher im Netz (DsiN),  une entreprise qui a lancé une version allemande de Cloud Scout l’année dernière pour le compte d’une entreprise privée.

Son succès a mené à la mise en place du Cloud Scout au niveau européen. Le projet a été lancé en Autriche, en Belgique, en Espagne, en Finlande, en Hongrie et au Royaume-Uni, et devrait être à l’avenir étendu à toute l’Europe.

Le projet est mené par CloudWatch Hub, dont la tâche est de promouvoir le « nuage » en Europe. CloudWatch Hub a reçu des fonds de la Commission européenne dans le cadre du 7e programme-cadre européen, et est prévu pour une durée de deux ans et coûtera en tout et pour tout 907 121 euros.

Le nouveau service a été lancé à Bruxelles par Neelie Kroes, DsiN et DigitalEurope, qui représente l’industrie du numérique en Europe.

Son président, Peter Olsen s’est à cette occasion félicité :« Nous sommes heureux de voir que beaucoup de pays participent […] et permet ainsi à des millions de PME d’obtenir plus d’informations sur le cloud computing ».

La stratégie numérique de l'Union européenne vise à soutenir le secteur numérique, dont l'Internet, et à assurer un développement économique durable.

Selon la Commission, si le milieu des affaires adopte en masse un système de « cloud computing » (aussi appelé « nuage » en français), cela pourrait renforcer le produit intérieur brut européen de 160 milliards d'euros chaque année et créerait environ 3,5 millions de nouveaux emplois d'ici 2020.

L'Europe compte 20 millions de petites et moyennes entreprises, qui sont les moteurs de la croissance économique. Mais, ces petites structures sont lentes à adopter cette nouvelle technologie. Le « cloud computing » est un ensemble de processus qui consiste à utiliser la puissance de calcul et de stockage de serveurs informatiques distants à travers Internet.

Un nouveau site Internet, «Cloud Scout », a vu le jour pour répondre aux interrogations des PME au sujet du cloud computing, qui portent souvent sur les questions liées à la sécurité et à la vie privée.

Novembre 2014 : désignation de la nouvelle Commission européenne

Cloud Watch Hub

 

DigitalEurope

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.