Olaf Scholz se veut rassurant sur l’économie italienne

Olaf Scholz [EPA-EFE/HAYOUNG JEON]

Il n’existe pas de signe laissant planer une menace sur la zone euro provoquée par la crise politique en Italie, a estimé mercredi le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz.

« Non, il n’y a pas de signe de cela », a déclaré Scholz interrogé sur la télévision allemande pour savoir s’il redoutait une nouvelle crise dans la zone euro.

Le ministre allemand a rappelé que des critères de convergence existaient avec l’Italie, y compris avec l’actuel gouvernement, afin de maintenir une stabilité parmi les pays ayant adopté la monnaie unique.

« Il semble qu’un nouveau gouvernement, peut-être d’une composition différente, va apparaître », a-t-il ajouté.

Le président du Conseil italien Giuseppe Conte a présenté mardi sa démission et le chef de l’État Sergio Mattarella doit entamer ce mercredi des consultations officielles avec les chefs des différents partis pour déterminer s’il est possible de constituer un nouveau gouvernement.

Conte s’en prend à Salvini en démissionnant

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a démissionné le 20 août malgré une tentative de dernière minute de la Ligue de désamorcer la crise en retirant la motion de censure contre le gouvernement.

L’ancien chef du gouvernement Matteo Renzi, membre du Parti démocrate (PD, centre gauche) a admis qu’il était prêt à collaborer avec le mouvement antisystème M5S qui appartenait à la coalition sortante.

« S’il y a la possibilité de ne pas avoir plus de taxation, parce que c’est le risque que je vois en Italie, s’il y a la possibilité de faire un gouvernement qui va construire l’Europe (…), s’il y a une possibilité de faire un gouvernement aussi avec le Mouvement 5 Étoiles (…), nous devons le faire si c’est possible », a-t-il déclaré sur France 2.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.