Panne d’humour dans le métro londonien

Crédit: Agence de développement de Normandie

Les Britanniques ont moyennement apprécié une campagne de la région Normandie, invitant les entrepreneurs britanniques à traverser la Manche. Le réseau de transport de Londres a préféré l’interdire.

La région normande veut tirer parti du Brexit. Et elle le dit haut et fort, au risque de déplaire. Comme le rapporte la presse britannique, Transport for London (TfL), organisme public en charge des transports publics dans la capitale, a interdit une campagne du Conseil régional de Normandie encourageant les entrepreneurs britanniques à s’installer dans la région pour ne pas pâtir des conséquences du Brexit.

Réalisée par l’Agence de développement normande, la campagne contient des « images et messages relatifs à des sujets controversés ou sensibles pour le public » selon TfL, comme le relate le quotidien britannique The Guardian.

Incertitudes sur la période de transition post-Brexit à Londres

Le cabinet de la Première ministre britannique tente de tempérer les rumeurs selon lesquelles le gouvernement se prépare à rouvrir les discussions sur la durée de la période de transition après le Brexit.

La campagne en question se présente sous la forme d’une « Une » d’un journal fictif, le Normandy Times, titrant : « Les chefs d’entreprises britanniques peuvent maintenant voter avec leur pied et laisser de côté leurs peurs de l’après-Brexit ».

En dessous de ce titre accrocheur, une carte représentant les côtes britanniques et normandes invite les entrepreneurs britanniques à traverser la Manche par avion ou bateau pour rejoindre la région du nord de la France.

Un petit article fictif en dessous de la carte dépeint la Normandie comme « une région française favorable aux entreprises », et liste les mesures prises par la région pour aider les entreprises britanniques à « prospérer en Europe ». Cela inclut une « zone économique spéciale avec des taxes réduites, un soutien public pour des projets d’investissement » ainsi qu’une « équipe disponible 24 heures par jour pour le soutien des familles aux besoins en mobilité spéciaux ».

Le président de la région Hervé Morin a dit « regretter » la décision de Transport for London. Comme le rapporte le journal The Independent, il considère que « le Brexit donne à la Normandie une opportunité unique d’accueillir des entreprises britanniques qui décident de rester dans le cœur de l’Union européenne ».

« L’accord sur le Brexit ne devrait pas arriver demain, mais les entrepreneurs britanniques se voient donner le choix de décider pour eux-mêmes s’ils veulent étendre leurs entreprises en Normandie », cite encore le quotidien.

Malgré l’interdiction de Transport of London, la campagne sera visible dans les journaux britanniques à partir du 14 mars et par un bus promotionnel affichant, qui fera le tour de certaines villes britanniques telles que Bristol, Birmingham, Manchester, Cambridge, Londres.

Londres reconnaît que le coût du Brexit sera supérieur à la contribution au budget de l'UE

Un accord de libre-échange avec l’UE coûterait au Royaume-Uni 4,8 % de sa croissance économique attendue au cours des 15 prochaines années, selon une « analyse de sortie de l’UE » du gouvernement britannique.

 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe