Pedro Sánchez place l’Espagne « sur le radar » des investisseurs américains

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez estime qu’il a rempli l’objectif de sa visite aux États-Unis en plaçant l’Espagne « sur le radar » des fonds d’investissement.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez estime qu’il a rempli l’objectif de sa visite aux États-Unis en plaçant l’Espagne « sur le radar » des fonds d’investissement. Un article d’Euroefe.

« Il est temps d’investir en Espagne », a déclaré M. Sánchez lors d’une conférence de presse au siège de Hewlett-Packard (HP) à Palo Alto en Californie, et ce, tandis qu’il terminait son voyage aux États-Unis vendredi (23 juillet).

Dernier arrêt de sa visite après New York et Los Angeles : la Silicon Valley. L’objectif ? Mettre en évidence ce que l’Espagne a à offrir pour les fonds d’investissement et les sociétés technologiques de grande ampleur.

Ces investisseurs éventuels estiment qu’ils sont appelés à jouer un rôle prépondérant dans la transformation et numérisation de l’économie espagnole, soutenue par le plan de relance national du pays et les aides européennes afférentes.

Vendredi (23 juillet), le représentant espagnol s’est entretenu avec les grandes figures du monde de la Tech, y compris le PDG d’Apple ainsi que les directeurs de HP, Intel, Qualcomm, LinkedIn, PayPal et Levi’s.

M. Sánchez a indiqué que les rencontres organisées tout au long de son voyage s’étaient conclues sur de bonnes notes, notant que son équipe et lui étaient parvenus à placer l’Espagne « sur le radar » des investisseurs américains.

« Ces grandes firmes vont désormais décider du choix du lieu de réalisation de leurs projets d’investissement pour les prochains mois et les prochaines années », a-t-il ajouté.

Bruxelles débloquera les premiers fonds européens pour la relance dans les prochaines semaines

La Commission européenne prévoit de verser dans les « prochaines semaines » les premiers fonds destinés à relancer l’économie des 12 pays dont les plans nationaux recevront l’approbation finale des États de l’UE ce mardi 13 juillet.

Par ailleurs, le Premier ministre a qualifié une nouvelle fois l’importance de la vaccination espagnole d’élément primordial à la relance économique du pays.

Dans ce contexte, il a appuyé que parmi les pays de plus de 10 millions d’habitants, l’Espagne était celui avec le troisième pourcentage le plus élevé de personnes entièrement vaccinées. « Et je suis convaincu que nous n’allons pas nous arrêter là. Nous œuvrons pour occuper la première place de ce classement », a-t-il déclaré.

En réponse aux reproches du Partido Popular et le fait qu’aucune rencontre avec le président américain Joe Biden n’était prévue, M. Sánchez a appelé le parti à choisir son camp.

« Le parti populaire va devoir choisir son camp. Est-il du côté de la relance ou de la confrontation ? Privilégie-t-il la mise en avant de l’Espagne pour attirer les investissements ou nourrit-il les tensions que le peuple espagnol ne mérite pas ? », s’interroge-t-il.

Concernant l’organisation d’une rencontre avec M. Biden prochainement, le chef espagnol a indiqué que son gouvernement se tenait toujours prêt, tout en insistant sur le fait que l’objectif de ce voyage était purement économique.

D’ailleurs, au fil de son tour outre-Atlantique, Pedro Sánchez a également rencontré des représentants de diverses sociétés, notamment Zoom, YouTube et Sentinel. De plus, il a participé à une réunion avec un groupe d’investisseurs américains en présence des cinq startups espagnoles qui l’accompagnaient.

Subscribe to our newsletters

Subscribe